Sophie Rosen-Dufaure : Le magnétisme curatif

Retour à la bibliothèque

Biographie de Sophie Rosen-Dufaure

280x363 Sophie Rosen-Dufaure

Sophie Rosen-Dufaure est née dans les années 1840. Issue d'une famille orthodoxe protestant, elle est présente, dès 10 ans, une médiumnité précoce. Elle a de nombreux pressentiments et une vision mentale. Quelques années plus tard, habitant à Paris, elle fréquente des groupes spirites et adhère aux travaux et recherches d'Allan Kardec.
Spirite engagée, elle fait de nombreuses conférences. Elle collabore à la revue Le Progrès Spirite et publie de nombreux articles. Elle travaille avec Charles Fauvety au sein de la Société Scientifiques d'Etudes Psychologiques de Paris. Elle participe à des matérialisations d’Esprits et donne à partir de 1880, des cours de magnétisme ainsi que des cours de philosophie spirite pour des enfants de 8 à 12 ans.
En 1904, elle devient la présidente de la Société d'Etudes Psychiques de Genève, en succédant au professeur Metzger. Elle assure la présidence jusqu'en 1911.

Ses ouvrages sont :

  • L'éducation devant le dogme ancien et la philosophie moderne (1882)
  • Le magnétisme curatif (1883)
  • Philosophie contemporaine, philosophe transformiste, évolution de l'intelligence (1884)
  • Voyage aux pays des idées (1900)
  • Les vies successives (1904)
  • L'évolution du christianisme (1905)
  • Essai sur le phénomène de désincarnation (1905)
  • Excelsior (1910)

Commentaires du livre : Le magnétisme curatif

Sophie Rosen-Dufaure a condensé dans cet ouvrage, les conseils, les pratiques, les enseignements théoriques pour que chacun puisse se rendre utile dans les diverses circonstances de la vie.
Le 1er chapitre contient des considérations préliminaires sur les divers noms que les magnétiseurs donnent à la force fluidique humaine ; le 2ème chapitre, parle de cette force, de ce fluide du point de vue curatif ; dans le 3ème chapitre, l'auteur jette un coup d'oeil général sur l'être humain ; enfin dans le dernier chapitre, on trouve la meilleure méthode pour magnétiser et guérir les malades auxquels on se dévoue.
« En démontrant, dit Mme Rosen-Dufaure, que le fluide magnétique existe, qu'il constitue l'un des éléments primordiaux de notre être ; que, par la volonté, nous pouvons le diriger pour la guérison de nos maladies ; en ébauchant enfin, quoique sommairement, les procédés pratiques du traitement, j'ai, me semble-t-il, rempli la mission que je m'étais imposée au commencement de ce petit travail. Le reste appartient aux âmes de bonne volonté qui tenteront d'expérimenter ces données. »


Retour à la bibliothèque