Une interview de Chico Xavier

le .

Une interview de Chico Xavier

Ce mois-ci, nous vous présentons une interview de Chico Xavier. Réalisé pour noël 1985, pour la télévision, le médium répond aux questions de la présentatrice Hebe.

Donner vaut mieux que recevoir

- Chico, vous êtes un être qui, durant toute sa vie, n’a fait d’autres choses que le bien pour donner à son prochain. Je n’ai jamais entendu dire qu’il y ait eu un moment dans votre vie, où vous auriez dit : « Je suis fatigué, je vais m’arrêter, je ne veux plus me soucier de mes semblables. »
- Hebe, votre bonté est immense, je dois dire que je ne me sens pas comme quelqu’un qui a fait ou qui fait le bien, mais pendant toute ma vie, j’ai toujours cherché à accomplir mon devoir auprès de la communauté et face à ma conscience. Alors, grâce à Dieu, il y a beaucoup de quiétude dans ma vie intérieure.

Les transformations dans le monde depuis la naissance de Jésus

- Les Esprits amis expliquent que les transformations sur Terre, depuis l’époque de Jésus sont graduelles. Elles sont toujours en cours parce que le monde a encore besoin d’établir, pour son bien, de nombreuses rénovations, qui sont difficiles, et la loi de Dieu ne permet pas la violence. Par conséquent, des transformations victorieuses se sont effectuées périodiquement au fil des siècles. C’est celles que nous voyons dans toutes les améliorations spirituelles de l’humanité et elles se sont succédées depuis la naissance de Jésus jusqu’à nos jours. On y trouve les hôpitaux, les pénitenciers, les processus de travail, les relations des personnes les unes avec les autres, le bonheur dans la vie domestique. Toutes ces transformations, nous les devons à Jésus, bien qu’à plusieurs reprises quand nous sommes au sommet de l’intelligence, nous ne voulons pas le reconnaître. Par conséquent, les transformations du temps, de Jésus jusqu’à nous, sont énormes.

Jésus, la lumière du chemin

- J’ai foi dans le fait que les chrétiens cherchent et doivent cultiver celui qui est vraiment la lumière de nos chemins. Peu de temps après la naissance de Jésus est apparue une figure de l’Evangile qui m’a toujours beaucoup frappé. Il est décrit au verset 25 du chapitre 2 de l’Evangile de l’apôtre Saint Luc : il s’agit de la figure de Siméon, qui a peut-être vécu plus de 80 ans en attendant Jésus. Quand il a appris qu’un enfant avait été emporté au temple pour être enregistré, il est alors allé au temple pour vérifier. Il a contemplé les yeux de l’enfant Jésus et il dit alors : « Seigneur, maintenant tu peux laisser ton serviteur aller en paix, selon ta parole, car mes yeux ont vu ton salut. »
Siméon était un grand rabbin des temps apostoliques et il est passé dans le monde spirituel, peu après avoir regardé dans les yeux de Jésus, Jésus nouveau-né. J’imagine la beauté et la luminosité des yeux de notre Seigneur Jésus-Christ, même nouveau-né, illuminant nos chemins. Siméon, dans le cantique, a prononcé les paroles suivantes : « Voilà ce qu’Il a donné pour éclairer nos chemins ! »
Combien d’hommes devaient être heureux pour avoir vu réellement les yeux de Jésus ? Ils sont peu nombreux et ceux qui s’en sont détournés, sont entrés dans un certain désordre. Comprenons alors que, sans Jésus, notre vie n’a pas de sens, nous nous perdons, nous nous égarons, parce que nous sommes sans cette boussole qui nous indique le chemin.

Comment font les personnes qui ne croient pas en Jésus Christ ?

- J’ai appris avec les amis spirituels que l’Ancien Testament est le symbole de l’homme frappant aux portes de la providence divine, demandant une révélation pour que la route de l’être humain soit illuminée, ainsi le Nouveau Testament est la réponse de la divine providence à l’homme. Les prophètes posent des questions et Jésus est la réponse. Ces anciens prophètes, comme nos ancêtres, sont ceux qui ont donné les bases pour la généalogie de notre Seigneur Jésus-Christ.
Ici, sur la Terre, nous savons qu’il est considéré comme le fils de la très Sainte Mère, Marie de Nazareth, de la tribu de David. Par conséquent, nous devons avoir pour nos ancêtres, le plus grand respect. Dans le livre d’Isaïe, dans l’Ancien Testament, il existe des paragraphes absolument prophétiques, qui annoncent Celui qui doit venir pour nous aider à supporter nos difficultés et à les résoudre. Il suffit de lire le Livre d’Isaïe, pour que nous puissions voir l’importance du judaïsme, parce que le christianisme est le fils du judaïsme. Nous devons trouver aucune différence mais plutôt un grand respect pour ceux qui ont souffert et tant lutté pour que Jésus vienne jusqu’à nous.

Que représente Chico Xavier pour tout le Brésil ?

- Je représente celui qui n’est qu’un brin d’herbe sur un terrain de football. Un brin d’herbe, ça disparait et un autre apparaît ; naturellement si un animal n’arrive pas pour le manger !
Récemment, une dame de Goiânia m’a apporté un livre et elle m’a dit :
- Je vous demande de vérifier parce que votre autographe comporte une erreur. Il y est signé : Cisco Xavier.
Elle a ouvert le livre et je lui ai dit :
- Non madame, c’est moi-même qui ai signé comme ça, parce que je me sens comme un grain de poussière (Cisco). J’ai signé Cisco Xavier. J’ai pensé que cela serait plus approprié.

L'handicap mental des enfants est-il dû au karma des parents ou de l'enfant ?

- L’enfant handicapé mental m’a toujours impressionné à cause de la souffrance dont il est porteur. Elle peut venir de lui mais aussi des parents. C’est une de nombreuses conversations avec Emmanuel, qui est le guide spirituel de nos tâches. En général, l’enfant handicapé mental est la réincarnation d’une personne suicidée. Celle-ci pense qu’elle s’anéantit mais elle ne fait que détériorer ou perdre le vêtement que la providence divine lui a permis d’utiliser au cours de son existence, c’est-à-dire son corps physique. Les effets du suicide accompagnent la personne dans la vie de l’au-delà. Là, elle passe un certain temps, protégée par des amis, parce que toutes les personnes ont des liens affectifs partout mais, elle retourne sur Terre, suivant les conséquences qu’elle a emmenées ici, après son suicide.
Si une personne s’est fait exploser le crâne, si le projectile a atteint le centre de la parole, elle se réincarnera muette. S’il a atteint le centre de la vision, elle se réincarnera aveugle. S’il a atteint certaines régions plus complexes du cerveau, elle se réincarne comme attardé mental et les centres des mécanismes physiologiques ne fonctionnent pas. L’endocrinologie devrait faire un chapitre spécial pour étudier un enfant sourd, muet, aveugle ou paralytique parce que la personne a porté atteinte à la vie dans le sanctuaire de la vie.
Si elle s’est suicidée en plongeant dans les eaux profondes, elle revient avec une prédisposition à l’emphysème. Si elle s’est pendue, elle se réincarnera paraplégique après une simple chute des bras de sa nounou ou des bras de la maman. Quand le suicide a été la pendaison, les vertèbres déplacées pendant la pendaison seront plus faibles, et sous l’action d’une simple chute, l’enfant deviendra paraplégique.
D’autres enfants reviennent complètement perturbés, la schizophrénie, par exemple, vient d’un suicide après un homicide. Le complexe de culpabilité acquiert une dimension si grande que la chimie du cerveau se modifie et la schizophrénie survient comme une maladie. A travers les fluides secrétés par l’organisme où la culpabilité est si grande et les remords si terribles, qu’ils se reflètent dans l’organisme physique de la personne pendant un temps plus ou moins long.
Ces enfants-là sentent, ressentent et entendent, comprennent et savent de quelle façon ils sont traités. Ils sont profondément lucides dans l’intimité de leur être. Ces enfants sont donnés à ceux qui peuvent les aimer et les aider à passer à travers cette phase de transition temporaire de 10, 20 ou 30 ans. En général, ils se désincarnent très tôt.
Un jour, une femme est venue à nous à Uberaba et elle m’a dit :
- Je suis la mère de cet enfant handicapé.
Je ressentais cette personne amère et j’en souffre beaucoup. Alors Emmanuel a dit :
- Ma fille, la maternité est un privilège que Dieu a accordé aux femmes. Par conséquent, chaque femme jouit de ce privilège donné par la providence divine. Les enfants handicapés sont confiés seulement aux femmes qui ont la capacité d’aimer infiniment.

Le nom de Jésus at-il une signification particulière ? Avez-vous une anecdote personnelle ?

- Seuls ceux qui ont été sauvés peuvent comprendre.

L’humanité cause-t-elle, elle-même, les fléaux actuels que sont le cancer, le sida ?

- - Il y a un vieux concept qui dit : « Dieu porte secours à la personne par la personne même. » La bonté divine a accru l’intelligence humaine pour remédier aux problèmes des distances. Il a été vaincu par l’avion, avec l’automobile, on peut dire grâce au moteur.
La miséricorde de Dieu a inspiré l’intelligence humaine et l’homme a inventé un test contre la variole grâce au vaccin. L’humanité s’est libérée de la fièvre jaune, de la peste et d’autres maladies considérées comme pratiquement irréversibles ou mortelles.
Les gens ont ressenti le besoin de se rapprocher davantage les uns des autres et la bonté de Dieu, à travers l’intelligence humaine, nous a donné les ondes hertziennes, la radio et la télévision, et tout un monde de communication, en quelques secondes, annonce quelque chose qui survient dans un hémisphère pour être connu de l’autre côté de la planète.
L’homme a connu la famine mais la miséricorde de Dieu a octroyé au cerveau humain plusieurs formes de production. Si elle est utilisée correctement, elle annihile la famine et elle n’existera plus.
Cependant, l’intelligence humaine n’est pas encore en mesure d’éliminer la haine créée par elle-même. Dieu n’a pas créé l’Homme pour avoir le destin d’un robot, mais pour être un coopérateur intelligent dans le travail de création. En matière de sentiments, Dieu n’a pas recours à la violence contre l’humanité. La guerre est due à la haine entre les peuples. Cette haine n’a pas pu être vaincue et Dieu laisse à Ses enfants trouver la solution de la confraternisation générale entre tous, l’amour entre tous, la simplicité, l’humilité, la générosité, la compréhension humaine, afin que la violence soit bannie de la Terre. Tant qu’il y a du ressentiment dans le cœur des gens, tant qu’il y a de la rancune, nous sommes obligés de considérer que ces fléaux sont dus à l’humanité, à l’humanité représentée par des hommes et des femmes de ce monde.
Pour les maladies, qui sont, aujourd’hui, reconnues comme dangereuses, comme le sida par exemple, nous devons avoir confiance en Dieu, la science va découvrir des moyens de vacciner ou d’immuniser, elles seront donc vaincues, comme la tuberculose et la lèpre.

Que pensez des jeunes qui se tournent vers la drogue ?

- En général, les jeunes, qui s’abandonnent aux drogues, ont habituellement de grosses pensions mais ils n’ont pas d’affection, ils n’ont pas la chaleur paternelle ou maternelle pour se construire.

Le téléphone ne sonne pas d’ici vers là-bas, mais de là-bas vers ici...

- Oui, nous devons toujours attendre un appel de l’au-delà. Quand il vient spontanément, il vient de manière à ce que la personne le sente dans son cœur et elle comprend qu’elle est en train de recevoir la vérité.