L’hypnose et le spiritisme, 2ème partie

le .

l'hypnose et le spiritisme

Ce mois-ci, nous vous présentons L’hypnose et le spiritisme, 2ème partie. En s'intéressant aux phénomènes somnambuliques ou état de conscience modifié ou encore état de transe, nous nous penchons dans cette étude à l'action des fluides, celle de l'âme et du périsprit. Le spiritisme révélé par les Esprits supérieurs et codifié par Allan Kardec apporte une foule de réponses à ces dégagements de l'être humain provoqués ou non volontairement.

Origine des perceptions somnambuliques

Les perceptions qui ont lieu dans l'état somnambulique, étant d'une autre nature que celles de l'état de veille, elles ne peuvent être transmises par les mêmes organes. La vue ne s'effectue pas par les yeux, souvent ils sont généralement clos et l'on peut même mettre à l'abri les rayons lumineux de manière à écarter tout soupçon. La vue à distance et à travers les corps opaques exclut la possibilité de l'usage des organes ordinaires de la vision. Il faut donc admettre dans l'état de somnambulisme le développement d'un sens nouveau, siège de facultés et de perceptions nouvelles qui nous sont inconnues et dont nous ne pouvons nous rendre compte que par analogie et par raisonnement.
Mais quel est le siège de ce sens ? Il n'est pas facile de le déterminer avec exactitude. Les somnambules eux-mêmes ne donnent à cet égard aucune indication précise. Il en est qui, pour mieux voir, appliquent les objets sur l'épigastre, d'autres sur le front, d'autres à l'occiput. Ce sens ne paraît donc pas circonscrit dans un endroit déterminé ; il est certain pourtant que sa plus grande activité réside dans les centres nerveux.

Vision ou perception somnambulique ?

Dans l'état somnambulique, les phénomènes de la vision et les sensations qui l'accompagnent sont différents de ce qui a lieu dans l'état ordinaire aussi ne nous servirons-nous du mot voir que par comparaison et faute d'un terme qui nous manque naturellement pour une chose inconnue. Un peuple d'aveugles de naissance n'aurait point de mot pour exprimer la lumière et rapporterait les sensations qu'elle fait éprouver. L’un dira : « Je comprends, c'est comme le son de la trompette. » Un autre, un peu plus prosaïque sans doute, à qui l'on voulait faire comprendre l'émission des rayons en faisceaux ou cônes lumineux, répondra : « Ah ! Oui, c'est comme un pain de sucre. » Nous sommes dans les mêmes conditions à l'égard de la lucidité somnambulique ; nous sommes de véritables aveugles.

Intervention de l’âme

Nous sommes entourés de fluides, le fluide universel est la source et le principe basique de tous les fluides. Il devient fluide vital pour permettre la vie du corps physique en servant de lien entre l’esprit et la matière. Il devient fluide spirituel pour créer des phénomènes comme celui de la clairvoyance somnambulique, il est alors le véhicule des images perçues par notre faculté visuelle. Il traverse librement tous les corps sans exception ainsi il n'y a point de corps opaques pour les somnambules.
Ce fluide joue incontestablement un rôle important dans ce phénomène mais il ne saurait rendre compte de tous les faits. Il en est un autre qui les embrasse tous, mais pour laquelle quelques explications préliminaires sont indispensables.
Dans la vue à distance, le somnambule ne distingue pas un objet au loin comme nous pourrions le faire à travers une jumelle. Ce n'est point cet objet qui se rapproche de lui par une illusion d'optique, c’est lui qui se rapproche de l’objet. Il le voit précisément comme s'il était à côté de lui ; il se voit lui-même dans l'endroit qu'il observe ; en un mot, il s'y transporte. Son corps, dans ce moment, semble anéanti, sa parole est plus sourde, le son de sa voix a quelque chose d'étrange ; la vie animale parait s'éteindre en lui ; la vie spirituelle est tout entière au lieu où sa pensée le transporte ; la matière seule reste à la même place. Il y a donc une portion de notre être qui se sépare de notre corps pour se transporter instantanément à travers l'espace, conduite par la pensée et la volonté. Cette portion est évidemment immatérielle, cette partie de nous-mêmes s’appelle l'âme.

Ame et matérialisme

L'âme étant le principe des facultés du somnambule, c'est en elle que réside nécessairement la clairvoyance et non dans telle ou telle partie circonscrite de notre corps. C'est pourquoi le somnambule ne peut désigner l'organe de cette faculté comme il désignerait l'œil pour la vue extérieure : il voit par son être moral tout entier, c'est-à-dire par toute son âme, car la clairvoyance est un des attributs de toutes les parties de l'âme, comme la lumière est un des attributs de toutes les parties du phosphore. Partout donc où l'âme peut pénétrer, il y a clairvoyance ; de là la cause de la lucidité des somnambules à travers tous les corps, sous les enveloppes les plus épaisses et à toutes les distances.

Périsprit, agent de liaison

Si les facultés somnambuliques sont celles de l'âme dégagée de la matière, pourquoi ces facultés ne sont-elles pas constantes ? Pourquoi certains sujets sont-ils plus lucides que d'autres ? Pourquoi la lucidité est-elle variable chez le même sujet ? On conçoit l'imperfection physique d'un organe ; on ne conçoit pas celle de l'âme.
L'âme tient au corps par des liens mystérieux qu'il ne nous avait pas été donné de connaître avant que le spiritisme ne nous eût démontré l'existence et le rôle du périsprit. Dans notre état normal, ces manifestations sont naturellement subordonnées à l'imperfection du corps physique. Quelque admirable que soit la structure de notre corps, il est soumis aux perturbations de la matière. L'âme qui tient au corps, en subit les entraves et les vicissitudes.
Le somnambule, c'est l'homme qui n'est débarrassé que d'une partie de ses vêtements, et dont les mouvements sont encore gênés par ceux qui lui restent. L'âme n'aura sa plénitude et l'entière liberté de ses facultés que lorsqu'elle aura secoué les derniers langes terrestres, comme le papillon sorti de sa chrysalide. Si un magnétiseur était assez puissant pour donner à l'âme une liberté absolue, le lien terrestre serait rompu et la mort en serait la conséquence immédiate. Le somnambulisme nous fait donc mettre un pied dans la vie future ; il écarte un coin du voile sous lequel se cachent les vérités que le spiritisme nous fait entrevoir aujourd'hui.

L'hypnose, porte ouverte vers l'au-delà

Le sommeil hypnotique obtenu sur certains sujets est appelé le somnambulisme ou état de conscience modifié. C'est un état de sommeil réel qui n'est pas comparable avec le somnambule qui la nuit se déplace dans un état second. Pour créer cet état, seul l’esprit compte. Il en est l’outil principal. Le thalamus symbolise le comportement émotionnel de l’être humain. Il est à l’état sauvage et indompté. Les techniques hypnotiques peuvent l’approcher et l’apprivoiser pour le modeler. L’hypnose est une réalité authentique, elle permet de mieux nous comprendre. Hyppolite Bernheim
C'est une erreur de penser que d’être hypnotisé, c'est dormir. Le sujet est dans un état hypnoïde et conscient du personnage qui est sensé nous hypnotiser, des lieux dans lesquels se déroulent l’expérience et des suggestions qui lui sont données. Autrement dit, il n'y a pas perte de conscience.
Tiré du message de l'Esprit de Hyppolite Bernheim en 1986 : "L'hypnose n'est pas une agression de la personne humaine mais une invitation à la libération de toutes les énergies potentialisées dans l'inconscient. L'hypnotiseur n'impose pas sa volonté à l'hypnotisé, il indique une information au sujet qui peut alors s'en servir comme il le désire. Les résultats obtenus, dans le sommeil hypnotique, ne sont, par conséquent, que les désirs du sujet endormi, réalisés dans la nouvelle conscience qui lui est proposé."

Les soins médicaux

Le sommeil hypnotique est le moyen d'envisager l’étude de la structure de l'enveloppe charnelle et d'y rechercher les anomalies latentes ou déclarées. Sous la conduite d'un hypnotiseur, qui aurait suffisamment d'informations sur une maladie, telle le cancer, nous pouvons entrevoir la possibilité d'une véritable transformation de la désorganisation cellulaire.
Tiré du message de l'Esprit de Louis Pasteur en 1989 : "Remettre en place ce qu'il faut remettre en place, par la force de la pensée, par la force de l'imagination, par la volonté de l'esprit. Il est bien évident que cette façon d'aborder la formule cancéreuse ne peut être sérieusement envisagée qu'à l’intérieur d'une société ou le monde médical et le monde scientifique accepteraient que les recherches soient dirigées en ce sens. Le scandale de ce siècle est le scandale du refus, il est le scandale de l'ignorance volontaire en face du phénomène hypnotique, car enfin, mes chers amis, il serait temps pour l'homme de se reconnaître dans cette formule et de revenir à sa propre source dans ce sommeil singulier mais cependant vrai. Ici, sur Terre, en ce moment, un seul mot appelé Sida, qui donne la peur et qui a bien raison de la donner. Mais une seule vérité, la conduite du corps par la conscience qui l'habite. Mais une seule vérité, l'auto-défense naturelle, l'immunité singularisée par votre puissance spirituelle. "

La régression hypnotique

La preuve irréfutable de la survivance de l'âme trouve un appui certain dans la démarche hypnotique. L'hypnose est une investigation idéale de la réincarnation, par le biais de l’expérience dite de régression. La preuve donnée par cette investigation entraîne irrémédiablement l’expérimentateur à croire en l'esprit et à sa survivance.  Auguste Liébault
Tiré du message de l'Esprit d'Auguste Liebault en 1988 : "J'affirme solennellement parmi vous, qu'une hypnose bien conduite dans le phénomène de régression peut traduire momentanément, pour un être humain à l’état d'adulte, ce qu'il a connu au moment de la fécondation, au moment de l'ovulation. J'affirme donc, que chacun de vos esprits peut agir consciemment sur les gènes dans la mesure où il est bien conduit à l’intérieur d'une hypnose profonde. J'affirme, par conséquent, qu'il n'y a pas de nature physique définitive, j'affirme, par conséquent, qu'il n'y a pas d'anomalie au processus vital, sans retour, dans cette mesure extraordinaire du voyage de l’intérieur de son propre corps, qui plus est, du voyage a l’intérieur de l'histoire de son esprit".  Colonel De Rochas
En faisant régresser dans le temps, par suggestion de l'hypnotiseur, une personne pourra donner dans les détails, les événements qu'elle a vécus consciemment ou inconsciemment durant sa vie. Elle racontera son vécu lors de sa naissance, de sa vie intra-utérine et remonter ainsi à son état avant sa conception. Certaines personnes ont affirmé une autre identité, une autre existence en se racontant elles-mêmes. Ces personnes ont pu être de nationalité différente et peuvent s'exprimer en langues étrangères alors qu’à l’état conscient, elles ne connaissent pas cette langue. Souvent ces récits ont pu être contrôlés, prouvant ainsi la survivance de l'âme et de la réincarnation.
Le Colonel Albert de Rochas, administrateur de l’école Polytechnique de Paris, a écrit un ouvrage "Les vies successives" au début du 20ème siècle, après avoir pratique des expériences de régression hypnotique sur une vingtaine de personnes pendant onze années.

Le périsprit

L'hypnose permet également l’extériorisation du double, le périsprit, habité par l'esprit, sans autre possibilité d’interprétation. L'hypnotiseur peut demander un sujet hypnotisé de sortir de son corps provisoirement, de se dédoubler et de décrire ce qu'il voit, ce qu'il entend. Par suggestion, il pourra donner au sujet l'envie d’apparaître. Les assistants verront alors le double et le corps du sujet séparés.

L’avenir de l’hypnose

 Hector Durville Tiré du message de l'Esprit d'Hector Durville en 1987 : "L'hypnose est une science encore a naître, une technique avortée au début du siècle par Sigmund Freud par principe idéologique et par peur, par angoisse du père de la psychanalyse. L'hypnotisme reconnu comme une science exacte, enseignée dans les écoles et les universités, peut bouleverser toutes les données biologiques de la définition de l'homme. L'hypnose est une école de la maîtrise et de la découverte de soi-même. Une société ou l'hypnose serait reconnue comme une science exacte permettrait une approche différente des maladies mentales, une auto-guerison des altérations de la personnalité, une investigation profonde de l'individu dans la découverte de la personnalité, une investigation profonde de l'individu dans la découverte de ses vies antérieures, voyage à l’intérieur de son histoire pour vivre le présent dans la sérénité". Sigmund Freud
Tiré du message de l'esprit de Sigmund Freud en 1985 : "J'affirme parmi vous, ce soir, que mon au-delà est l’au-delà de la réforme, que mon au-delà est l’au-delà de la réflexion, poussée jusque dans son absolu extrême. Cette réflexion m’entraîne naturellement, non seulement vers la modification profonde de mon propos théorique quand à ma dernière incarnation, mais aussi à des négations totales par rapport à cette même théorie. J'ai eu le tort de vouloir expliquer les mécanismes, en gommant de façon illusoire d'ailleurs, la cause essentielle du mécanisme que je découvre maintenant et que je n'ai plus peur d'appeler l'Esprit."

Peut-être qu’un jour prochain, le potentiel immense de l’hypnose va-t-il aider sous toutes ses formes, l’humanité et la faire progresser...