obstination ou persévérance ? - E - 26/08/2015

Bonjour,
Il y a tout juste un an, un ami m'a parlé de votre centre et conseillé d'y chercher de l'aide à ma situation compliquée. J'ai laissé le temps passer. Puis cet ami est décédé et cela m'a poussée à venir assister à une séance un samedi, en souvenir de lui et pour suivre ses conseils amicaux... Mais je n'ai pas osé remplir un formulaire et demander de l'aide.
Je ne sais que faire. Je suis perdue et extrêmement triste depuis un an. J'ai rencontré un homme que j'aime et qui m'aime. Nous avons vécu une histoire ensemble mais les obstacles à notre amour sont nombreux et paraissent infranchissables. Il n'a pas eu la force de continuer.
Aujourd'hui nous ne nous voyons plus (il refuse de me voir) mais nous nous aimons toujours autant. Nous nous écrivons et sommes très malheureux chacun de notre côté.
Je ne demande pas grand chose en fait. Si cette relation est impossible pour lui, je peux le comprendre. Je voudrais seulement le voir, passer un peu de temps avec lui, discuter, échanger, avoir le droit de l'aimer et simplement de le regarder sourire... J'accepterais qu'il n'y ait jamais rien d'autre qu'un amour purement platonique entre nous. Mais il refuse cela aussi car c'est trop difficile pour lui.
Aujourd'hui je ne sais pas si je dois continuer d'espérer, persévérer pour sauver cet amour si beau qui nous unit ou si cette persévérance risque de me rendre folle et n'est rien d'autre qu'une obstination stérile qui nous fait du mal à tous les deux.
Je ne sais pas en quoi le spiritisme peut m'aider pour ce genre de problème et je comprendrais que vous ignoriez ma demande... Mais tout au fond de moi, j'ai le sentiment que nos âmes ont besoin d'être près l'une de l'autre et je ne sais comment leur donner une chance... Merci beaucoup de m'avoir lue. Et merci pour toute l'aide que vous apportez à ceux qui souffrent.

Bonjour,
Parfois, souvent même, on peut choisir comme épreuve d'avoir à résister à une tentation. Ce (ou celui) qui vous attire n'est pas forcément ce (ou celui) qu'il vous faut, c'est à dire que ce n'est pas forcément ce qui est bon pour vous, pour votre évolution. Comment le savoir ? Vous pouvez déjà vous demander si quelqu'un aurait à souffrir de votre union et vous remémorer le fameux "Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse" . C'est une base simple mais très efficace quand on veut s'assurer de faire un bon choix...
Par vos pensées, vous créez et entretenez un lien qui vous apporte peut-être quelques satisfactions mais qui semble aussi vous faire souffrir et peut même vous empêcher de poursuivre votre véritable voie. Vous restez, bien sûr, toujours libre de conserver ce lien en l'état ou de le délier quand vous le voudrez.
Pour remplacer éventuellement le vide que causerait votre décision de ne plus entretenir ce lien, dites-vous que vous serez, par la suite, beaucoup plus disponible pour tous vos autres frères et sœurs qui ne demandent qu'à être aimés. Tournez-vous vers eux et vous verrez qu'ils sauront combler, petit à petit, ce vide affectif qui vous angoisse.
Fraternellement,
Brigitte