Regret d'avortement - Joëlle - 10/11/2015

Bonjour,
Je suis spirite depuis l'âge de 16 ans (j'en ai 35). J ai toujours eu l'intuition de Dieu et de l'au-delà depuis petite. A 16 ans, je suis tombée par hasard sur le livre des Esprits dans une bibliothèque. Après l'avoir emprunté et lu plusieurs fois, je l ai acheté et j'ai lu, par la suite, le Ciel et l'Enfer, l'Evangile selon le spiritisme et beaucoup d'autres. Je continue mon instruction avec les livres en ligne du site, l'agora et d'autres livres que j'achète, dont ceux de Chico Xavier que j'ai hâte de recevoir. Je prie souvent et essaie de m'améliorer moralement et de lutter contre mes défauts, je me remets en question régulièrement..
Je suis desolée car mon texte va être long. Je vous explique tout ça pour que vous compreniez mon profil, car le savoir que j'ai acquis me rend encore plus coupable de l'acte que j'ai commis quand j'avais 21 ans, et plus je viellis, plus je regrette.
Je vivais, à l'époque, avec mon premier conjoint, nous avions une fille de 7 mois. Sans emplois tous les deux, nous avions de faibles revenus, son caractère soupe au lait, presque violent, était dur à suporter. Il avait déjà du mal à supporter la vie de famille et ses contraintes et moi, de mon côté, je cherchais un emploi et, encore immature, j'étais obsédée par ma ligne et la peur de ne plus lui plaire. Je suis tombée enceinte à ce moment car je vomissais la pilule, nous avions tous deux decidé d'avorter, puis l'évenement s'est reproduit à nouveau, 7 mois plus tard, et j'ai reproduis la même erreur, une deuxième fois, pour lui, c'était hors de question d'avoir un autre enfant.
Cinq ans plus tard, me sentant très mal, l'envie d'avoir un autre enfant était devenue une obsession. Je l'ai supplié pendant un an et il a fini par accepter. Mais notre couple n'a pas tenu et nous nous sommes separés alors que notre bébé avait 17 mois.
Je suis actuellement mariée avec un autre homme, nous avons eu deux garcons et élevons ensemble mes deux grands (le papa est présent pour eux et s'améliore aussi).Voyant tout ca, maintenant que j'ai muri et que je suis plus instruite en tant que spirite, je regrette encore plus mes gestes d'autrefois. Je le regrette en tant que spirite, je réalise le mal que j'ai pu faire à l'Esprit que j ai empêché de s'incarner, mais aussi en tant que maman, j'aime mes 4 enfants d'un amour immense et lui aussi aurait du avoir sa chance, je n avais pas le droit non plus de priver ma fille d'un frère ou d'une soeur rapproché.
Puisse Dieu me pardonner de ces actes que je n'aurai pas assez de ma vie pour regretter et j'espère que l'Esprit de cet enfant me pardonnera. Si seulement je pouvais revenir en arrière pour recommencer car je me rend compte maintenant qu'il n'aurait pas été une épreuve insurmontable de continuer ma grossesse, j'aurai déjà évité le 2ème avortement, les choses se seraient déroulées avec quelques différences et la vie aurait suivi son cours. De plus, mon deuxième enfant, qui est arrivé 5 ans plus tard, a présenté et présente encore des troubles d'hyperactivité et d'hypersensibilité et la gestion de tout ça n'est pas facile pour lui. J'accepte entièrement les expiations et les épreuves de cette vie ou de la vie future, et j'espère qu'il me sera donné l'occasion de réparer tout ca.

Bonjour Joëlle,
Les regrets que vous avez et qui vous pèsent tant sont déjà le début de l'expiation.
En effet, il n'y a, souvent, pas besoin d'attendre une nouvelle vie pour que les remords vous plongent d'eux-mêmes dans des tourments plus ou moins prononcés.
Mais, en même temps, ces remords sont justement le signe que vous avez progressé car, vous le savez très bien, si vous n'aviez pas évolué, vous n'auriez pas de remords. Vous comprenez aussi mieux, à présent, que l'oubli de nos vies passées (pendant lesquelles on était forcément encore moins évolué qu'aujourd'hui), est donc une bénédiction qui nous aide à avancer le cœur un peu plus léger. Petite précision : vous nous avez parlé de deux avortements. Or, vous parlez, tout le long de votre texte, d'un Esprit que vous avez rejeté, toujours au singulier. Êtes-vous bien sûre qu'il s'agit du même Esprit qui a refait une deuxième tentative sept mois plus tard ? Ne pensez-vous pas qu'il puisse s'agir d'un deuxième Esprit, c'est à dire d'un Esprit différent ?
Toujours est-il que les Esprits qui auraient dû être vos enfants savaient certainement, en s'incarnant en vous, qu'ils courraient le risque d'être rejetés : c'était, pour eux, une épreuve qu'ils avaient à subir.
Ne vous flagellez donc pas outre mesure pour les choix que vous avez fait et les erreurs que vous avez pu commettre dans le passé. Ce qui compte, c'est la personne que vous êtes devenue (grâce aussi à toutes ces "erreurs") et celle que vous allez devenir en poursuivant votre évolution.
Faites confiance en Dieu qui est juste et bon et saura vous donner encore milles occasions de rattraper les erreurs du passé.
C'est à Lui, et à Lui seul, de juger...
Fraternellement,
Hélène