Evolution de la philosophie spirite - J - 09/09/2004

 

Bonjour,
S'agissant de problèmes de société importants tels que l'euthanasie, le suicide, l'interruption volontaire de grossesse, l'homosexualité..., n'y a-t-il pas une évolution nécessaire à entreprendre dans le spiritisme actuel par rapport à l'époque d'Allan Kardec, compte tenu du changement de nos mœurs et des progrès de la science et de la médecine ?
En d'autre termes allons vous vers une philosophie spirite progressiste ou restons vous dans les schémas spirites tels qu'enseignés dans les ouvrages d'Allan Kardec... étant entendu que les grands principes de base ne sauraient être remis en question !
Merci par avance de votre réponse.

Bonjour,
L’évolution des mœurs, les progrès de la science ou de la médecine ne doivent pas faire oublier l’indispensable élévation morale de l’homme.
Euthanasie, suicide, interruption volontaire de grossesse, trois sujets directement lié à la vie du corps et trois moyens destinés à la détruire avant son terme.
Nous venons sur Terre pour subir l’épreuve d’une nouvelle existence et toute atteinte volontaire à la vie doit être considérée comme une fuite, un échec. Dieu a donné la vie et l’homme n’a pas le droit d’en disposer.
IVG, dès la conception, un Esprit est déjà prêt pour une nouvelle incarnation. Détruire dans la ventre de sa mère cette vie qui débute, c’est ôter la possibilité à un esprit d’une vie d’expiation ou de mission. Cela peut parfois être difficile à concevoir pour notre intelligence si le sens moral est insuffisant d’autant que les progrès de la médecine nous apportent aujourd’hui des moyens de contraception pour nous éviter d’avoir à réfléchir après sur les conséquences de nos actes.
Le suicide, le spiritisme enseigne qu’il ne met pas fin aux souffrances de l’âme. Acte stupide où l’homme n’a rien à gagner si ce n’est de revenir subir, dans une nouvelle incarnation, les épreuves qu’il n’aura pas eu le courage de surmonter. Les progrès de la science ne peuvent rien contre le cycle des incarnations.
L’euthanasie, autre moyen de raccourcir la vie. Qui vous dit que cette épreuve n’a pas été choisie et n’est pas nécessaire pour la séparation du corps et de l’âme. Autant, il est inutile de maintenir la vie de façon artificielle, autant la nature, c’est-à-dire la volonté de Dieu, doit accomplir son œuvre dans le rythme imposée. De même que l’enfermement d’une âme dans un corps débile n’est pas du au hasard, ni à une injustice.
Pour ce qui est de l’homosexualité, nous avons déjà répondu à cette question. Difficile épreuve pour celui qui la vit mais là aussi le sens moral de chacun doit intervenir dans les actes comme dans les paroles.
Les lois morales sont immuables et leur compréhension est fonction de l’élévation de l’esprit. L’être humain aura toujours son libre arbitre pour choisir entre l’accomplissement du bien et celui du mal, quelque soit les progrès scientifiques qui lui auront été donnés.
Fraternellement,
Gilles.