Questions de rêves - René - 07/09/2012

 

Bonjour,
je ne rêve jamais (ou peut-être 1 ou 2 fois en 10 ans)et jamais de cauchemars. Peut-on en déduire quelque chose ? De plus lorsque je perds un être cher, j'ai l'impression de n'avoir aucun sentiment ou presque pas. Je me demande si je ne suis pas égoiste, pourtant je suis présent néanmoins dans leur malheur.
J'ai perdu mon père à 5 ans et ma mère à 15 ans,c'est sûrement l'expérience de ces situations qui me rendent insensible ? Mais je vois toujours l'avenir en rose.
C'est bizarre non ? Je suis toujours à la recherche de mon père en sachant très bien que c'est impossible. j'ai oublié de préciser quelque chose, c'est que je n'ai pas beaucoup connus mes parents, mais le peu de temps que eux m'ont élevé et si j'ai pu leur donner du courage et surtout de l'amour, et bien je suis rempli d'une énergie qui me remplit le corps tout entier.

Bonjour René,
Dans le Livre des Esprits d'Allan Kardec, il y a tout un chapitre consacré au sommeil et aux rêves. On peut y lire que le rêve est le souvenir de ce que notre Esprit a vu pendant le sommeil. Quand on croit que l'on ne rêve pas, c'est simplement que l'on ne se souvient pas toujours de ce que l'on a vu.
En effet, le corps est une matière lourde et grossière qui conserve difficilement les impressions que l'Esprit a reçues parce que l'Esprit ne les a pas perçues par les organes du corps.
D'autre part, vous nous parlez de votre manque d'émotion au moment d'un décès. Avoir été confronté à la mort aussi jeune, vous a forcément fortifié. Un enfant ne perçoit pas la mort comme un adulte et, par la suite, il est normal que d'autres décès, moins proches, vous affectent moins.
Ces expériences de morts précoces vous ont certainement ouvert les yeux sur la vie après la mort et vous permettent de ressentir, à juste titre, que l'Esprit survit au corps. Le fait que vous continuiez à chercher votre père, malgré son absence physique, prouve bien que vous le ressentez, au fond de vous, toujours "accessible". Votre expérience et votre foi vous aident.
Faites-en donc profiter votre entourage, particulièrement ceux qui sont accablés par un deuil...
Fraternellement,
Lucie