Les premières règles pour faire du spiritisme - Barbara - 26/02/2002

J’ai pratiqué récemment à ma première séance de spiritisme. Je l’ai fait plus par curiosité au départ. On était que deux et j’ai posé des questions à mon arrière grand-mère que ma copine ne connaissait pas. J’ai eu les bonnes réponses. Je pensais qu’elle poussait le verre mais après ça ... Elle m’a dit que si je voulais en faire, il fallait faire attention car il y avait des règles à connaître comme casser le verre à la fin de la séance. Pourrait-on me dire quelles sont les règles à connaître ? Merci d’avance ...

Bonjour,

Le monde des Esprits est composé des âmes humaines débarrassées de leurs enveloppes corporelles, il y en a donc, au même titre que les hommes, de très bons et de très mauvais. Ceux d’entre eux qui sont le plus attachés à la matière ne peuvent pas s’élever vers d’autres mondes ; ils sont par leur penchants attirés par les jouissances matérielles et ils errent au milieu du monde corporel. Ces Esprits sont bien souvent souffrants et ils se trouvent parmi eux des Esprits vicieux qui, jaloux de voir des êtres plus heureux qu’eux, se plaisent à les faire souffrir en les excitant au mal, à l’envie, à la jalousie, et à toutes les formes de passions. Ces Esprits sont un véritable danger pour les médûms et plus particulièrement pour les médûms débutants ; ils s’attachent en effet à ceux qui les écoutent et sur lesquels ils trouvent prise, ils s’immiscent dans les communications, les provoquent parce qu’ils espèrent avoir plus d’influence par ce moyen, et lorsqu’ils parviennent à prendre de l’emprise sur quelqu’un, ils s’identifient avec leur propre Esprit, le fascinent, l’obsèdent, le subjuguent et le conduisent comme un véritable enfant. Pour arriver à leurs fins, ils inspirent au médûm de la méfiance envers tous ceux qui pourraient lui ouvrir les yeux et ils le conduisent peu à peu à l’isolement afin d’avoir davantage de prise sur lui. L’enthousiasme et l’amour-propre sont les plus grands dangers de la médûmnité. L’un comme l’autre empêche de juger sainement du contenu des communications et donne une confiance aveugle en la supériorité des Esprits qui se communiquent, ceux-ci n’hésitant pas à prendre n’importe quelle identité pour mieux mystifier leur victime.
On assiste ainsi depuis une dizaine d’années à une multiplication de témoignages de personnes qui ont découvert seul leur médûmnité et qui l’ont développée ; ces personnes, sans aucune connaissance du monde des Esprits et de leurs rapports avec le monde corporel, et ayant bien souvent un jugement altéré par l’attente d’un message d’un proche disparu, sont alors la cible idéale des Esprits perturbateurs qui s’amusent à leurs dépens. Certains d’entre eux ont alors l’impression d’avoir découvert un monde nouveau et se donnent pour mission d’en être les porte-paroles ; ils professent alors souvent une doctrine incohérente, dictée par un Esprit farceur, mélangeant dans le même panier la pratique de la médûmnité avec les pratiques occultes les plus diverses : ils jettent ainsi le discrédit sur les valeurs morales et philosophiques du Spiritisme, lui faisant ainsi plus de mal que de bien. Alors la meilleure règle comme en toute chose, c’est l’instruction. Cette instruction, vous la trouverez dans les ouvrages d’Allan Kardec tel que le livre des Esprits et elle vous permettra d’acquérir déjà un peu de discernement.
Laissez tomber ce verre qui ne peut que vous apporter des désagréments.
Fraternellement,
Gilles