Qu'en pensez-vous ? - Aude - 08/04/2008

 

Bonsoir,
J’ai assisté à la séance de samedi avec ma maman et mon oncle. Suite à la séance, j’ai parlé avec l’une d’entre vous, je crois que c’est Christiane, je ne suis pas sûr et je vous avoue que notre discussion m’a poussé à m’interroger. En effet, depuis que je suis enfant, j’ai vu des choses étranges.
Petite fille, il y avait l’ombre d’une femme et d’un homme dans notre maison avec maman, nous sentions des courant d’air froid alors qu’il n’y avait rien d’ouvert et la nuit, j’avais peur « du monsieur tout noir » il parait que c’est comme ça que je l’appelais et je me rappelle bien d’un homme avec un borsalino et des lunettes noir qui me faisait peur alors que je ne dormais pas pendant longtemps ; j’ai cru avoir beaucoup d’imagination.
Après nous avons déménagé et j’ai arrêté de voir des ombres, à 12 ans pour jouer j’ai « appris » à tirer les cartes et avec surprise, j’ai souvent eu des « intuitions » je ne sais pas comment appeler le fait que je sois capable de prédire certains faits. Je fais aussi des rêves parfois étranges, je savais à l’avance quand l’un des oncles de maman avait une rechute de son cancer par exemple, car je rêvais 2 où 3 jours avant qu’on l’enterrait.
A 13 ans, maman a perdu sa marraine, j’étais dans la baignoire et j’ai vu comme un nuage noir descendre vers moi et j’ai eu l’impression que quelqu’un me disait au revoir et je me sentais bien, quelques minutes plus tard maman en larmes m’a annoncé le décès de cette personne et je me rappelle lui avoir répondu que je savais.
A 18 ans, j’ai perdu un ami et au moment de sa mort, j’ai rêvé qu’il venait me chercher chez moi pour partir avec lui et que après coup, finalement il me disait qu’il ne pouvait pas m’emmener là où il allait.
Après pendant environ un mois des objets étaient déplacés dans ma chambre même quand je n’était pas là, des coups étaient frappés à la porte, cela a même réveillé ma maman une nuit. Sur les conseils d’une amie de mes parents, j’ai commencé à prier pour lui pour l’aider à continuer sa route et cela s’est arrêté.
Suite à ça j’ai un peu fermé la porte à cette partie de ma vie par peur, je pense. Depuis la naissance de mon premier enfant dans ma maison actuelle, j’ai eu l’impression très forte que quelqu’un avait quelque chose à me dire au bout de quelques temps, j’ai tenté avec appréhension l’écriture automatique mais je n’arrivais pas à me laisser aller, du coup je n’ai pas insisté mais suite à cette expérience, je n’ai plus eu la sensation que l’on voulait me dire quelque chose.
Entre temps, il m’a semblé voir un petit garçon au bout de mon lit et je ne suis pas sûr d’avoir rêvé mais cela m’a perturbé et récemment j’ai vu un homme à ma porte de chambre et je n’ai pas eu peur j’étais bien. J’en ai parlé à maman en pensant avoir peut-être rêvé et elle a demandé à Catherine je crois, qu’il lui a dit que ce serait l’esprit d’un de mes grands pères venu m’aidé. En fait, j’ai toujours pensé que cela arrivait à d’autres personnes de voir des « trucs ».
La personne avec qui j’ai parlé samedi m’a dit qu’une seule personne parmi vous voyait les esprits et depuis je me pose des questions, si j’ai déjà vu des esprits et que j’ai cette capacité est-ce que je ne devrais pas apprendre à contrôler ce don et est-ce que sinon cela n’est pas risqué pour moi ou pour mes proches et comment savoir si je n’ai pas rêvé toutes ces choses ?
N’est-ce pas présomptueux de ma part de penser pouvoir voir des choses que tout le monde ne voit pas ? Je vous remercie de votre avis et de vos conseils.
Cordialement. Aude

Bonjour Aude,
Je pense que lorsque l’on a des phénomènes avant d’aller plus, on peut simplement chercher à s’instruire. Comprendre ce qu’est la médiumnité, comprendre ce que font les Esprits, comprendre le rôle d’un médium est une bonne démarche et ensuite munie de ces informations, vous déciderez si vous avez envie d’aller plus en avant et mettre à profit vos qualités médiumniques pour aider votre prochain car il est certain que vous avez de la médiumnité et qu’elle peut servir à communiquer entre nos deux plans. Rien n’est présomptueux si l’on fait les choses avec simplicité et dans une démarche fraternelle.
Catherine