Spiritisme et Christianisme - Pierre-Etienne - 17/02/2003

Bonjour,
Voilà, je suis spirite depuis quelques années car je trouve cette doctrine merveilleuse et elle m'a beaucoup apporté lors d'une difficile période de mon existence.Mais depuis quelques temps, je me pose une question.
Voilà, un peu partout si l'on fait des recherches, on peut voir que le Spiritisme, finalement est une doctrine chrétienne. On avance cela en se basant sur le fait que Kardec a écrit les trois livres qui sont : "L'Evangile selon le Spiritisme", "Le Ciel et l'Enfer" et "La Genèse".
Seulement, ces ouvrages furent écrits pour répondre aux interrogations de personnes catholiques découvrant le Spiritisme et qui se posaient beaucoup de questions en raison des contradictions entre le Spiritisme et certains dogmes catholiques. Ils voulaient bien adhérer à la doctrine spirite sans renoncer à leurs convictions religieuses. Ces trois livres ne sont donc qu'à l'usage des chrétiens et non aux autres confessions.
De plus, si on lit bien "Le Livre des Esprits" ainsi que "Le Livre des Médiums", il n'est nullement fait mention de christiannisme. On aborde certains aspects des religions sans jamais en citer une. Et tout cela car une des vocations premières du Spiritisme est de rassembler les peuples. Hors, comment rassembler si on se place dans un camp plus que l'autre ?
Autrement dit, comment les gens de l'Islam, du Bouddhisme ou même ceux qui n'ont pas de religion, vont se tourner vers cette doctrine ? Voyant qu'elle est estampillée du "label" chrétien, ils risquent bien de s'en détourner.
Gabriel Delanne écrivit, en octobre 1910, que "le Spiritisme se suiciderait s'il se mettait à la remorque d'une des formes cultuelles qui existent aujourd'hui" car, selon Allan Kardec, "le Spiritisme est un terrain neutre sur lequel toutes les opinions religieuses peuvent se rencontrer et se donner la main" (Voyages spirites en 1862).
J'aimerais donc avoir votre avis sur la question.
Bien amicalement,

Bonjour Pierre-Etienne,
Le Spiritisme comprend un code de morale universelle sans distinction de culte. Les Esprits se manifestent partout sans donner à personne le privilège exclusif d'entendre leur parole. Le spiritisme n'a pas de nationalité, il se manifeste sur tous les continents, il n'est imposé par aucune classe de la société, pour que chacun puisse en recevoir des enseignements. Il fallait qu'il en soit ainsi pour appeler tous les hommes à la fraternité et rassembler les peuples.
Comme il est énoncé dans la Bible, par Jésus, l'on peut y lire que l'Esprit de Vérité viendra "éclairer" les hommes dans le futur et dissiper les ténèbres.
Il fallait donc que l'Esprit de Vérité se communique dans un milieu où la notion de tolérance, de fraternité et d'Amour et d'ouverture soit la plus grande pour être apte à le comprendre : "Le consolateur vous enseignera toutes choses et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit".
Le christianisme répond à ces valeurs, Jésus de par ses enseignements et ses actes a démontré que de tous les "prophètes" que notre terre ait porté, il a porté au plus haut les notions d'Amour universel de fraternité et de tolérance ou toutes les philosophies peuvent se rejoindre. Sa grandeur d'âme en a fait un exemple universel, moral et philosophique.
C'est ainsi que le 15 mars 1856 qu'un esprit se nommant "la Vérité" se présenta à Allan Kardec et se désigna comme son guide pour l'aider à rectifier les erreurs dans ses écrits et le protéger.
Les desseins de la Providence se sont ainsi réalisés. Ses propos dans ses communications nous affirmèrent que "toutes vérités se trouvent dans le christianisme, les erreurs qui y ont pris racine sont d'origine humaine". On comprend alors l'orientation inspiré de Kardec par rapport à Jésus sur "l'Evangile selon le spiritisme" et d'autres livres. L'Esprit de Vérité devait donc revenir hors de tout dogme, lié à l'homme, qui fausse le jugement. Ainsi le spiritisme réalise ce que Jésus a dit du "consolateur promis" : le spiritisme parle sans figure et sans allégories, il lève le voile laissé sur certains mystères et il perpétue le message de Jésus sans le modifier dans ses fondements.
Chacun a son choix de culte mais la raison l'emporte sur les dogmes. La valeur morale et philosophique sera prépondérante a tout , et l'homme de par son ouverture et sa compréhension, comprendra le sens réel des choses sans les ornières des dogmes.
Ces étapes d'évolution se font à travers les peuples, les milieux sociaux et les générations ou peu à peu les religions laisseront place au sens premier qu'est la foi, sans artifice. Rien ne se fait en un jour et c'est à chacun de nous, ouvrier de l'Amour, de faire en sorte de raccourcir ce temps par nos efforts journaliers sur les autres et sur nous-mêmes.
Fraternellement.
Christophe