La religion - Phil - 07/06/2003

Bonjour,
Je viens de lire plusieurs livres d'Allan Kardec et de Léon Denis où tous les deux exposent leur point de vue sur le christianisme.
Cependant,ce qui m'intéresse c'est de savoir si l'islam est réellement la religion qui prolonge le Christianisme, comme l'affirme si bien le Coran. L'Islam est-il une religion fondée sur la doctrine même de Jesus Christ. L'islam est-il en accord avec les lois divines ?
Le Coran est-il une nouvelle révélation de Dieu à l'Homme ?

Bonjour Marko,
Votre question est un sujet bien long à débattre et qui dure depuis des siècles entre religions.
Le spiritisme n'est pas là pour se positionner en tant qu'arbitre, mais donner les moyens à chacun de pouvoir s'éclairer par soi-même avec les outils de la cohérence et de la raison et de pouvoir se faire ainsi une opinion raisonnée et personnelle.
La réponse est dans le code de morale universelle, sans distinction de culte, utile au développement de la pensée. Devant ce code divin, l'incrédulité elle-même s'incline, c'est le terrain où tous les cultes peuvent se rencontrer, le drapeau sous lequel tous peuvent s'abriter, quelles que soient leurs croyances, car elle n'a jamais fait le sujet de disputes religieuses, toujours et partout soulevées par les question de dogmes.
Il est vrai que chaque religion se distingue de part ses dogmes et ses rites avec souvent des préceptes datant de plusieurs siècles, inchangés et de par nature, immuables et donc non voués à l'évolution. On ne peut faire progresser l'humanité en gardant des préceptes relatifs à une période trop éloignée de l'évolution générale du monde.
La morale quant à elle est toujours intemporelle et applicable à tous sans distinction, ni de couleur de peau, ni de lieu, ni d'époque.
Il faut se rappeler que Jésus, de son temps enfreignait des « coutumes ou mours » ancrées dans la civilisation et l'on peut voir à quel point les rites prenaient aux yeux des peuples plus d'importances que le fond.
C'était l'héritage des ancêtres et des croyances, les façons de faire que l'on se transmet et qui dans le fond, portent en soi « les traditions », si lourdes et pesantes. Pour reprendre à titre d'exemple quelques passages de la Bible, on peut y lire, certaines des persécutions que Jésus était affublées. On disait alors de lui : « c'est un pêcheur, car il n'observe pas le sabbat, ne fait pas ses ablutions.etc. Et Jésus de répondre : « ...et vous vous indignez parce que j'ai rendu la pleine santé à un homme le jour du sabbat ? Cessez de juger sur l'apparence, jugez selon la justice !» . Ne voit-on pas ce genre de situation encore actuellement et de nos jours plus de 20 siècles après dans des contextes différents ? L'Amour est le seul vecteur qui rend témoignage de l'application des lois de Dieu.
Toutes les coutumes, mours et croyances sont soumises à un pays, une époque, mais la loi de Dieu est universelle de par le temps et l'espace. Puisse le fond prendre le pas sur la forme, et l'évolution morale de l'humanité ira croissante et grandissante.
Il faut savoir être le plus objectif possible pour être le plus proche de la vérité, sans voile, ni artifice. Tout ce qui dirige vers une dogmatisation des actes et des pensées, éloigne le sens premier de sa source et l'on perd peu à peu la cohérence du message initial. Il faut donc regarder et étudier les textes de chaque religion, avec un oeil critique, tout en comparant les contradictions, si riches en enseignement et en vérité. Tâche bien difficile quand le Messie ou le prophète est porté aux firmaments et ou sa fonction intouchable et inaccessible empêche aux consciences d'avoir le maximum de sens critique et constructif pour mieux l'appréhender.
Le Coran reconnaît Jésus dans ses textes, sa faculté de prophète, de thaumaturge, il est d'ailleurs appelé "l'esprit et le verbe de Dieu". Mais il est vrai qu'on lui donne un rôle et une place, différente de ce que le Catholicisme veut enseigner. Selon la tradition islamique, Dieu à envoyé 124 000 prophètes, et plus de 300 messagers divins. Selon cette tradition, Jésus n'en est qu'un de ceux-là, un des plus grand prophètes, attesté, mais ce sont les disciples de Mahomet qui déclare celui-ci, le dernier et le plus grand de tous. Mahomet en parlant de lui-même disait d'ailleurs : "Je ne suis qu'un homme, chargé d'annoncer et d'avertir. que suis-je, sinon un mortel et un apôtre".
Pour être en accord avec les lois divines, il faut se rapprocher le plus près des valeurs de Dieu, donc d'Amour, de tolérance, de pardon et d'égalité au sens absolu entre TOUS les êtres. La notion de justice doit être omniprésente pour tous sans distinction, chaque être d'égal à égal dans ses principes, dans ses lois et ses applications.
Enfin, pour terminer ce vaste sujet, le Spiritisme a pris comme exemple, Jésus, car d'après les énoncés précédents, ses faits et paroles, dirigent notre conclusion en ce sens. Mais étant donné, qu'il n'impose pas, chacun est libre de ses choix et de son raisonnement. Seul la morale guidera toujours l'humanité vers Dieu lorsqu'elle sera la plus proche de ses valeurs. Les dogmes passent, mais les valeurs morales perdurent.
Par ce développement, je suis sûr que vous pouvez Marko, désormais de vous-même, répondre à toutes vos questions en y appliquant l'analyse, la raison, et le bon sens, tout en gardant bien comme base fondamentale de jugement, que c'est l'Amour dans sa dimension la plus haute à notre entendement humain qui est révélateur de ce que Dieu veut nous faire comprendre pour notre bien, à nous tous, ses enfants.
Fraternellement,
Christophe