Les grands Esprits se rencontrent ? - Patrick - 20/07/2003

 

Bonjour à tous,
Depuis quelques années, j'étudie en amateur les différentes philosophies et religions humaines et j'ai depuis peu découvert le Spiritisme notamment par l'intermédiaire de votre excellent site.
Question 1 : Mon interprétation des différents textes (chrétiens, boudhistes ...) m'avait amené à bâtir de façon purement intellectuelle une théorie sur Dieu, l'esprit, l'homme etc... qui à mon grand étonnement s'avére être quasiment identique de celle bâtie par les spirites. Quelle interprétation feriez-vous de cette convergence de vue (coincidence or not coincidence) ?
Question 2 : Dans les textes que vous publiez, il semble que l'esprit se libère du corps pendant le sommeil pour vaquer à des occupations d'ordre spirituel dont il resterait des traces dans les rêves. Pour ma part pour 99,99% de mes nuits, je ne me souviens pas de mes rêves (j'ai même l'inpression de ne pas rêver) et les très rares fois où je me souviens de quelque chose au réveil, je ressent un fort malaise, souvent persistant, quelque soit le contenu du rêve (c'est encore pire si cela ce produit dans la journée à l'occasion d'une sieste). Au vu de votre expérience, quelle interprétation feriez-vous de cet état de fait ?
En vous remerciant par avance pour le temps que vous consacrerez à me répondre, bien cordialement à vous.

Bonjour Patrick,
Dans votre première question vous semblez surpris de constater la convergence de la doctrine spirite avec les dogmes de certaines religions. Sachez tout d'abord que le spiritisme n'est pas une religion et qu'il n'est pas incompatible avec la pratique d'un culte.
D'ailleurs, vous avez bien perçu, peut être de manière intuitive, ce qui différencie une religion du spiritisme. Vous dites " m'avait amené àbâtir de façon purement intellectuelle une théorie sur Dieu ... " et, un peu plus loin " celle bâtie par les spirites de façon semble-t-il expérimentale ". En effet toute religion repose sur des dogmes, des préceptes de base, que l'on doit accepter sans pouvoir les mettre en doute ou en vérifier le bon fondement.
Le spiritisme est aux antipodes de cette démarche. Il se base sur des faits, des expériences, des communications reçues par les médiums pour étudier, comprendre et construire une doctrine. Le spiritisme est aussi une évolution personnelle, qui permet de progresser pas à pas, ne gravissant une marche que si la précédente est un socle solide construit sur des certitudes puisque expérimentées et vérifiées.
Vous dites être sceptique. Moi je vous réponds étudiez la doctrine spirite et surtout pratiquez. Mais attention, et j'insiste, ne pratiquez jamais seul. Le monde des esprits est peuplé de bons mais aussi de mauvais esprits sous le joug desquels vous pourriez tomber sans même en avoir conscience. Ne pratiquez qu'avec des médiums confirmés qui vous conseilleront et vous protégeront, dans le cadre d'un centre spirite.
Votre deuxième question est relative au dégagement du corps physique. Nous avons tous un corps physique et un corps fluidique appelé périsprit. Ce corps fluidique est le siège de l'âme et est immortel. C'est lui qui survit à ce que nous appelons la mort. Ce périsprit peut se dégager du corps physique durant le sommeil, tout en y restant lié par un cordon fluidique. L'esprit retrouve alors une relative liberté et en profite pour voyager et travailler car l'esprit n'est jamais inactif. Au moment de la mort, le cordon fluidique est rompu et l'Esprit recouvre son entière liberté. Par cette similitude de dégagement on dit que le sommeil est une petite mort.
Je vous conseille de lire Le livre des Esprits d'Allan Kardec. C'est la base de toute la doctrine spirite.
Extraits du livre des Esprits :
401. Pendant le sommeil, l'âme se repose-t-elle comme le corps ?
" Non, l'Esprit n'est jamais inactif. Pendant le sommeil, les liens qui l'unissent au corps sont relâchés, et le corps n'ayant pas besoin de lui, il parcourt l'espace, et entre en relation plus directe avec les autres Esprits. "

402. Comment pouvons-nous juger de la liberté de l'Esprit pendant le sommeil ? " Par les rêves. Crois bien que lorsque le corps repose, l'Esprit a plus de facultés que dans la veille ; il a le souvenir du passé et quelquefois prévision de l'avenir ; il acquiert plus de puissance et peut entrer en communication avec les autres Esprits, soit dans ce monde, soit dans un autre. Souvent, tu dis : J'ai fait un rêve bizarre, un rêve affreux, mais qui n'a aucune vraisemblance ; tu te trompes ; c'est souvent un souvenir des lieux et des choses que tu as vus ou que tu verras dans une autre existence ou à un autre moment. Le corps étant engourdi, l'Esprit tâche de briser sa chaîne en cherchant dans le passé ou dans l'avenir.
"Pauvres hommes, que vous connaissez peu les phénomènes les plus ordinaires de la vie ! Vous croyez être bien savants, et les choses les plus vulgaires vous embarrassent ; à cette question de tous les enfants : qu'est-ce que nous faisons quand nous dormons ? Qu'est-ce que c'est que les rêves ? Vous restez interdits.
"Le sommeil délivre en partie l'âme du corps. Quand on dort, on est momentanément dans l'état où l'on se trouve d'une manière fixe après la mort. Les Esprits qui sont tôt dégagés de la matière à leur mort ont eu des sommeils intelligents ; ceux-là, quand ils dorment, rejoignent la société des autres êtres supérieurs à eux : ils voyagent, causent et s'instruisent avec eux ; ils travaillent même à des ouvrages qu'ils trouvent tout faits en mourant. Ceci doit vous apprendre une fois de plus à ne pas craindre la mort, puisque vous mourez tous les jours selon la parole d'un saint. v"Voilà pour les Esprits élevés ; mais pour la masse des hommes qui, à la mort, doivent rester de longues heures dans ce trouble, dans cette incertitude dont ils vous ont parlé, ceux-là vont, soit dans des mondes inférieurs à la terre, où d'anciennes affections les rappellent, soit chercher des plaisirs peut-être encore plus bas que ceux qu'ils ont ici ; ils vont puiser des doctrines encore plus viles, plus ignobles, plus nuisibles que celles qu'ils professent au milieu de vous. Et ce qui engendre la sympathie sur la terre n'est pas autre chose que ce fait qu'on se sent, au réveil, rapproché par le cœur de ceux avec qui on vient de passer huit à neuf heures de bonheur ou de plaisir. Ce qui explique aussi ces antipathies invincibles, c'est qu'on sait au fond de son cœur que ces gens-là ont une autre conscience que la nôtre, parce qu'on les connaît sans les avoir jamais vus avec les yeux. C'est encore ce qui explique l'indifférence, puisqu'on ne tient pas à faire de nouveaux amis, lorsqu'on sait qu'on en a d'autres qui nous aiment et nous chérissent. En un mot, le sommeil influe plus que vous ne pensez sur votre vie.
"Par l'effet du sommeil, les Esprits incarnés sont toujours en rapport avec le monde des Esprits, et c'est ce qui fait que les Esprits supérieurs consentent, sans trop de répulsion, à s'incarner parmi vous. Dieu a voulu que pendant leur contact avec le vice, ils pussent aller se retremper à la source du bien, pour ne pas faillir eux-mêmes, eux qui venaient instruire les autres. Le sommeil est la porte que Dieu leur a ouverte vers leurs amis du ciel ; c'est la récréation après le travail, en attendant la grande délivrance, la libération finale qui doit les rendre à leur vrai milieu.
"Le rêve est le souvenir de ce que votre Esprit a vu pendant le sommeil ; mais remarquez que vous ne rêvez pas toujours, parce que vous ne vous souvenez pas toujours de ce que vous avez vu, ou de tout ce que vous avez vu. Ce n'est pas votre âme dans tout son développement ; ce n'est souvent que le souvenir du trouble qui accompagne votre départ ou votre rentrée, auquel se joint celui de ce que vous avez fait ou de ce qui vous préoccupe dans l'état de veille ; sans cela, comment expliqueriez-vous ces rêves absurdes que font les plus savants comme les plus simples ? Les mauvais Esprits se servent aussi des rêves pour tourmenter les âmes faibles et pusillanimes.
"Au reste, vous verrez dans peu se développer une autre espèce de rêves ; elle est aussi ancienne que celle que vous connaissez, mais vous l'ignorez. Le rêve de Jeanne, le rêve de Jacob, le rêve des prophètes juifs et de quelques devins indiens : ce rêve-là est le souvenir de l'âme entièrement dégagée du corps, le souvenir de cette seconde vie dont je vous parlais tout à l'heure.
"Cherchez bien à distinguer ces deux sortes de rêves dans ceux dont vous vous souviendrez ; sans cela vous tomberiez dans des contradictions et dans des erreurs qui seraient funestes à votre foi. "
Voilà Patrick, ce ne sont que quelques éléments de réponse qui demandent à être approfondis. Sachez que nous serons toujours là pour vous aider.
Patrick, vous êtes en recherche et les routes sont nombreuses. Mais regardez bien tout au fond de votre cœur. Dieu y a déposé un trésor de lumière, c'est une parcelle de son amour et elle est pour vous. Que cette lumière guide vos pas sur le chemin du spiritisme, ce n'est pas le plus facile mais c'est celui qui vous mènera jusqu'à lui.
Avec toute mon amitié,
Maxence.