Christ, Karma, Spiritisme - Laurent - 08/02/2006

 

Bonjour,
Je voudrais aborder quelques points importants. Des points touchant à la Religion, à la Théologie, à la Spiritualité.
Tout d'abord, je dois dire que j'ai énormément apprécié la lecture du "Livre des Esprits" qui m'a apporté un éclairage sur nombres de points importants. J'apprécie également l'existence de ce site ainsi que de pouvoir communiquer avec vous. J'aimerais cependant avoir votre point de vue.
Il est écrit dans le "Livre des Esprits" que la nature exacte de Dieu, ainsi que la nature exacte de notre âme, font partie du plus grand secret. N'est-ce pas justement parce que ces deux natures ont un lien ?
Dans les écrits de Kardec (quelque part dans "Le livre des Esprits" ou dans "Le Ciel et l'enfer") il est écrit qu'il ne faut pas confondre la créature avec son créateur, de sorte que l'on ne puisse se confondre avec Dieu. Mais si Dieu a utilisé une partie de Lui-même pour nous créer, ne retrouvons-nous pas une partie de cette Divinité en nous ?
Et justement, cette partie que nous devons retrouver n'est-elle pas représentée par le Christ ? C'est à dire que lorsque Jésus est devenu le Christ, ne s'est-il pas "connecté" au Père par son étincelle divine ? De sorte que Dieu était en lui, qu'Il était Dieu : Le Verbe incarné. Cette reconnexion au Divin n'est-elle pas promise à chacun lorsque Jésus-Christ nous dit: "Tout ce que je fais, vous pourrez le faire et même plus". N'est-ce pas là le véritable BUT de l'Esprit incarné ?
De même, lorsque le Spiritisme parle du Karma comme processus incontournable, ne s'enferme t'il pas dans un schéma involutif ?
Les lois morales et spirituelles n'évoluent-elles pas en fonction de l'élévation des âmes ? Ne sommes-nous pas passés, dans la Bible, d'une Loi de Vengeance (la loi du Talion), à une Loi de premières responsabilités morales (Les Dix Commandements), puis à une Loi de pardon et d'Amour Universel (tel qu'enseignée par Jésus-Christ) ?
Qu'est-ce donc que le Karma ? Qui a créé le Karma ? N'est-ce pas l'esprit de l'Homme qui a créé le Karma et qui en a accepté les mécanismes pour se punir lui-même ? N'est-ce pas l'Homme, qui en se trouvant trop indigne et accablé par ses fautes, ne s'auto-flagelle lui-même et tente de s'épurer tout seul ? Car, qui nous condamne en définitive ? Est-ce Dieu ? Assurément non. Dieu nous aime, Il ne nous condamne pas. Que peut-on lire dans la Bible ? Quelque chose de très important comme : "J'utiliserais la même mesure dont tu te sers pour juger les autres". Cela ne signifie t'il pas que c'est en définitive l'Homme qui se juge lui-même ? Or, si c'est l'Homme qui se juge lui-même, ce jugement est relatif à chacun. De sorte que cela est incompatible avec une justice implacable et universelle jugeant de la même manière les fautes de tous. Si l'on y réfléchit, comment cela pourrait-il être ?
La douleur et le mal perçus ne sont-ils pas fonction de la sensibilité de chacun ? Comment, dès lors, appliquer un "tarif unique" pour chaque même genre de faute commise ? La justice et le mécanisme du Karma, deviennent donc relatifs à chacun. Et si l'Homme ne juge pas, pardonne aux autres leurs fautes, et se pardonne à lui-même ses propres fautes, ne se place t'il pas sur un plan supérieur au mécanisme du Karma ? N'est-ce pas là la TRANSCENDANCE démontrée par Jésus-Christ, pour dépasser un schéma qui n'a plus lieu d'être, que chacun peut accomplir ? N'est-ce pas aussi toute la valeur de : "Je suis l'agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde" ? Car si vous êtes en contact avec des Esprits très Supérieurs, ou mieux, angéliques, vous devez savoir que Jésus-Christ était missionné, qu'Il était bien plus qu'un Esprit Supérieur incarné sur notre Terre, et qu'Il a notamment effacé la dette karmique de l'humanité lors de sa venue. Les pendules ont ainsi été "remises à l'heure" même si, depuis, d'autres erreurs se sont accumulées... J'aimerais que vous me confirmiez ou m'infirmiez ce point. Alors oui, il est possible à l'âme de s'épurer en se soumettant au Karma, comme il est possible de désensabler un véhicule en enlevant les grains de sable un à un. Mais combien de millénaires cela prend-il ?
Ne vaut-il pas mieux accepter la dépanneuse qui nous est envoyée afin de se sortir de ce bourbier au plus vite ? Conséquence merveilleuse : ne pouvons-nous pas, à notre tour, devenir des "dépanneuses" pour nos frères encore embourbés ?
J'ai d'autres points importants à aborder mais je le ferais ultérieurement.
Je vous remercie de votre attention et de la future réponse que vous apporterez à ce message. Que l'Esprit de Vérité se répande sur la Terre et Paix aux Hommes de bonne Volonté.

Bonjour,
Le lien qui existe entre Dieu et nous est celui d’un père à son enfant mais le père reste le père et l’enfant reste l’enfant.
Il y a une part de divinité en nous comme il y en a une dans celle de Jésus qui au même titre que nous qui est un des enfants de Dieu, un des enfants le plus avancé qui soit venu s’incarner sur Terre mais il n’est pas Dieu.
Je vous conseille dans cette démarche de lire l’ouvrage de Léon Denis :« Christianisme et Spiritisme » qui vous éclairera sur ce sujet afin que vous ne confondiez pas les conceptions spirites et celles du catholicisme. Son propos est clair, concis et particulièrement étayé et je ne vais pas répéter ici dans cette agora toute sa réflexion.
Le but de l’esprit incarné, c’est l’évolution vers la perfection au travers des épreuves en nous réincarnant sur terre, chacun a son libre arbitre et sa conscience pour le guider dans ce processus.
La notion de karma que vous développez ne correspond pas à celle que le Spiritisme explique, d’ailleurs, nous ne parlons pas de karma mais de loi de cause à effet. Là aussi, pour bien comprendre, la lecture est grandement conseillée afin de mesurer toute la sagesse divine dans cette grande loi ; vous trouverez notamment le livre : « Nosso Lar » de Chico Xavier qui raconte le parcours d’un esprit et toujours chez Léon Denis, dans « Après la mort » au chapitre XIII, une explication concernant les épreuves et la mort ainsi que la nécessité et le rôle de la souffrance.
En ce qui concerne le pardon, les fautes et le Christ qui est venu « enlever le péché du monde », cette idée est essentielle catholique et pour nous spirites, elle ne correspond à rien. Au mois de mars, l’ouvrage : « Christianisme et Spiritisme » sera consultable sur le site avec des liens et des mots-clefs dans le moteur de recherche, pour l’instant, vous pouvez le télécharger. Je pense que vous trouverez là toutes les réponses à vos interrogations.
Fraternellement,
Catherine.