Le Bouddhisme - Josselin - 26/06/2006

 

Bonjour,
je souhaiterais vous demander votre point de vue de spirite à propos de cette religion ou pour certains une philosophie qu'est le bouddhisme. Quelles seront par exemple les conditions de vie d'un pratiquant bouddhiste dans le plan spirituel.
J'ai souvent vu sur vos sites une affirmation sur le fait que Jésus était l'homme le plus parfait qui se soit incarné sur Terre. Et pourquoi pas le Bouddha, "l'éveillé" qui a parlé en des termes très claires de comment échapper à la souffrance.
Je trouve pour ma part qu'il offre une vision beaucoup plus claire que Jésus, du moins plus pragmatique car il a lui même expérimenté la souffrance. Votre vision d'un Jésus comme le numéro un des incarné et à mon sens un peu erroné car vous ne pouvez évaluer le degré de spiritualité du Bouddha et dire qu'elle est moins élevé que celle de Jésus.
De plus, j'ai souvent entendu dire que les spirites ne rejetaient aucune autre religion du moment que la croyance était sincère. Mais les spirites connaissent-ils tous les exigences qui font d'un bouddhiste un pratiquant sincère. On a souvent l'impression que le spiritisme est LA religion et que les autres ne sont réservées qu'à des gens pas encore prêts pour recevoir le message spirite.
Merci à vous. Josselin.

Bonjour Josselin,
Vous avez raison de l’exprimer il y a bien des points communs entre l’enseignement du bouddha et la doctrine spirite : pratique du bien, respect des êtres et amour, esprit de charité, croyance en la réincarnation, loi de cause à effets.
Bouddha ne se présente pas comme un dieu ou un, ni le messager d'un dieu, son système de pensée n'a pas d'origine divine, mais il est plutôt axé sur la compréhension de la nature de l'esprit humain.
Par contre si la doctrine spirite est si proche de Jésus Christ c’est bien en raison de son enseignement des vérités fondamentales :
- la vraie vie n’est pas de ce monde mais sur les plans spirituels - Les moyens de parvenir au royaume de Dieu (amour, foi et perfectionnement) - La connaissance du divin et de l’immortalité de l’âme L'éthique spirite coïncide donc avec l'éthique chrétienne, telle qu'elle a été enseignée et pratiquée par Jésus, et avec celle dictée par la conscience, exempte de préjugés et d'intérêts. A la question 625 du Livre des Esprits :
"Quel est le type le plus parfait que Dieu ait offert à l'homme pour lui servir de guide et de modèle ?", les Esprits ont répondu : "Voyez Jésus."
"La morale des Esprits supérieurs se résume comme celle du Christ en cette maxime évangélique : Agir envers les autres comme nous voudrions que les autres agissent envers nous-mêmes ; c'est-à-dire faire le bien et ne point faire le mal. L'homme trouve dans ce principe la règle universelle de conduite pour ses moindres actions Comme l’a recommandé le Christ, le spiritisme ne se réfère à aucun dogme, ni rituel, ou à un quelconque endoctrinement, il ne connaît pour chacun que son propre culte intérieur. Le spirite ne se retire pas du monde, il ne s’isole pas des autres ou dans un monastère, mais bien au contraire il rencontre les épreuves de la vie, comme des joies et poursuit son évolution à travers celles-ci et son travail personnel dont il est son seul juge.
C’est bien pour ces raisons que les spirites se réfèrent aux premiers enseignements du christ, donnés sous des formes allégoriques en leur temps, et aujourd’hui commentés par les communications des esprits, communications concordantes dans le monde entier, nous permettant une meilleure compréhension, du sens de la vie, du devenir des âmes dans l’après vie.
Enfin, le spiritisme enseigne mais n’impose rien, il est certainement par sa simplicité, sa lucidité, un point de rencontre pour tous les êtres en recherche spirituelle. Les religions ont leur rôle à jouer et comme vous le dites, nous ne les rejetons pas, il y a des pratiquants sincères et l’on ne peut que s’en féliciter.
Comme le dit Léon Denis "les dogmes et les prêtres sont nécessaires, et le seront longtemps encore, aux âmes jeunes et timides qui pénètrent chaque jour dans le cercle de la vie terrestre et ne peuvent se diriger seules dans la voie de la connaissance, ni analyser leurs besoins et leurs sensations." Mais cela ne convient plus "aux esprits libres et majeurs, qui veulent trouver par eux-mêmes la solution des grands problèmes et la formule de leur Credo". Cependant pour nous, la vraie religion est un sentiment, sans manifestation ostentatoire et vient du cœur. Dieu sonde les cœurs et les intentions, pas les apparats !! Pourquoi donc un pratiquant bouddhiste ne connaîtrait-il pas lui aussi un plan de vie spirituelle selon ses mérites et sa sincérité !
Cordialement
Michel
Je vous suggère la lecture de l’ « Evangile selon le spiritisme » d’Allan Kardec et « le livre des esprits ».