Questions - Cédric - 03/01/2002

Bonjour,
Bien que jugeant le théorie de la réincarnation tout à fait plausible d’un point de vue philosophique, certaines considérations purement quantitatives me rendent sceptique. En effet, comment concilier cette doctrine avec le phénomène de croissance démographique universellement observé sur la longue durée? Ainsi la population mondiale s’est multipliée par 6 entre 1820 et aujourd’hui, passant de 1 à 6 milliards d’individus. Or, si on peut admettre que la plupart des personnes incarnées en 1820 le sont encore aujourd’hui, d’où viennent les 5 milliards restant ? Vous me répondrez sans doute qu’ils viennent d’autres planètes, d’autres galaxies ; mais alors, cela reviendrait à supposer que ces mondes ne connaissent pas de croissance démographique, quand bien même ce phénomène accompagne le développement de toute société. Enfin, ce problème soulève la question de l’authenticité des témoignages de vies antérieures. En effet, les souvenirs de personnes prétendant s’être réincarnées ont tous la terre pour cadre, ce qui statistiquement paraît, au vue des problèmes démographiques évoqués tout à fait miraculeux. Et quelle probabilité, pour un français du XiXeme siècle (je pense bien entendu à Kardec et Denis), d’avoir été druide en Gaule, il y a plus de 2000 ans. J’espère toutefois que vous saurez répondre à ce problème. Merci d’avance, Cédric B.

Cédric,
Comme vous l’avez pressenti, l’augmentation démographique, qui a toujours existé, s’explique par la venue d’Esprits venant d’autres planètes. Ces Esprits peuvent avoir deux origines : une planète moins avancée que la Terre où de « jeunes Esprits » s’ouvrent à la conscience et viennent ensuite épanouir leur conscience et leur intelligence sur une planète plus adaptée. Certains viennent au contraire d’une planète plus évoluée que la Terre où ils ne peuvent plus se réincarner. En effet, dès le 19ème siècle, les Esprits nous ont appris que les mondes comme la Terre sont des mondes d’épreuves et d’expiation pour les Esprits mais qu’ils deviendront un jour des mondes régénérateurs d’où le mal sera banni. Les Esprits s’obstinant dans le mal seront alors envoyés vers d’autres planètes ayant plus d’affinités avec leur niveau d’évolution. Personnellement, je pense que ce phénomène de croissance démographique qui accompagne le développement des sociétés est caractéristique des mondes d’épreuves et d’expiation comme la terre. Lorsque cette croissance sera nulle (elle est presque atteinte dans nos sociétés occidentales et elle tend à le devenir à l’échelle planétaire) alors la Terre deviendra progressivement un monde régénérateur.
Les souvenirs de vies antérieures sont le plus souvent obtenus sous hypnose et il faut être très critiques à leurs égards pour plusieurs raisons : tout d’abord, dans l’hypnose, la suggestion de l’hypnotiseur joue un grand rôle. De plus, dans l’état hypnotique, le sujet est sensible au monde spirituel. Quelle preuve pouvons-nous avoir que son récit ou que ses images ne sont pas ceux d’un Esprit perturbateur ? Celui-ci peut soit raconter sa propre vie passée ou peut tout simplement s’amuser à faire croire à sa victime qu’elle a été roi ou reine ? La majorité des souvenirs de vies antérieures ne sont pas précis (date, pays) ; ils donnent davantage des renseignements sur l’« état » de l’Esprit avant : le métier effectué, le rôle social. Rien n’indique que ces souvenirs aient bien eu lieu sur la Terre.
La probabilité est bien sûr faible qu’un Français du 19ème siècle ait été un Druide en Gaule mais elle n’est pas nulle : il faut bien que ces druides se réincarnent eux aussi ! Or, les Druides avaient une forte croyance en l’au-delà, il n’est donc pas étrange que dans une nouvelle vie ils aient conservé cette croyance et ait sacrifié leur vie pour elle, comme ce fut le cas pour Kardec et Denis.
Mickael