Le Spiritisme : pratique seule ou isolée - Hélène - 29/11/2001

Bonjour,
J’ai lu les différents sujets où il est mentionné de pratiquer la communication spirite en groupe. Pour ma part, je ne pratiquer aucune communication, cependant j’y ai réfléchi et je pense que je comprends la démarche des personnes qui préfèrent essayer toutes seules : je ne pense pas que le problème se situe uniquement au niveau de la peur d’avouer ses croyances.
Je vois deux autres raisons à ce phénomène : tout d’abord, en France, il y a une peur du regroupement religieux : depuis la mise en place de la laïcité, on nous apprend dès l’école que la religion et la foi sont des questions privées, que seul l’individu peut décider en son âme et conscience de ses croyances.
Et d’après moi, c’est cette éducation qui apprend aux gens qu’ils ne doivent pas aller embêter les autres avec ce en quoi ils croient. La deuxième raison est celle du contenu de la communication spirite : la plupart des personnes qui veulent communiquer désirent connaître des choses concernant leur vie, comme par exemple "est-ce que je suis sur la bonne voie", " comment aider mes proches qui ont un problème", etc... et il est assez délicat d’imposer aux autres ses questions personnelles, sans compter aussi la gêne que l’on peut avoir sur des problèmes intimes ou qui peuvent paraître dérisoires face à d’autres tellement plus graves.
Je ne suis donc pas sûre, même si la pratique isolée semble déconseillée, qu’on doive absolument la proscrire.
Et s’il n’était pas possible de pratiquer ainsi, beaucoup de personnes s’éloigneraient du spiritisme, car cette communication isolée, même imparfaite, est peut-être une source de réconfort ? Qu’en pensez-vous ?
Avec mon amitié, Hélène

Bonjour,
Notre intention n’est bien sûr ni de proscrire ni de porter un jugement sur la médiumnité isolée. Comme vous, nous comprenons la démarche des personnes qui, sans aucune connaissance du monde spirituel, se livrent à cette pratique. Notre démarche est avant tout de prévenir au mieux les risques rattachés à une telle pratique et de limiter les deséquilibres psychiques qu’elle peut entraîner.
Aujourd’hui, Une abondante littérature commerciale sur les phénomènes occultes et paranormaux voudraient faire passer le message, très racoleur, que le Spiritisme est un phénomène entièrement nouveau et mystérieux et qu’il permettrait d’obtenir des réponses "magiques" et sans efforts à toutes nos demandes.
L’assimilation du Spiritisme avec la voyance, dans l’esprit des masses, ne favorise pas la remise en cause de ce message : on croit pouvoir consulter les Esprits comme l’on consulte un cabinet de voyance !
Le Spiritisme n’est pas une découverte nouvelle ; il a été observé depuis plus de 150 ans en France et dans le monde entier.
Si celui-ci a connu un déclin dans les pays dits industrialisés, il a connu une expansion énorme dans les pays d’Amérique latine et notamment au Brésil où le nombre de spirites est estimé à 16 millions de personnes.
Ces années d’expériences et d’observation on permit de tirer des conséquences et de juger des effets du Spiritisme.
Eh bien, n’en déplaise à ceux qui voudraient faire du spiritisme un divertissement religieux, il s’est avéré que, dans une grande majorité de cas, les personnes ayant pratiqué seules, sans connaissances préalables et régulièrement ont été l’objet de ce que les spirites appellent l’ « obsession ».
On peut comparer cette pratique à celle d’un homme s’amusant à expérimenter dans un laboratoire de chimie sans aucune connaissance des principes chimiques et sans aide extérieure. Il est presque certain que cette personne finirait par provoquer un accident.
Il en est de même dans la pratique spirite : celle-ci nécessite des connaissances préalables. Nous avons pu constater que l’obsession avait souvent pour origine deux causes : La première est le manque de discernement sur le contenu des messages et donc sur leur auteur. On imagine pouvoir reconnaître les Esprits mauvais par leur langage grossier mais tous les Esprits mauvais ne sont pas grossiers. Il y a, comme sur la terre, de nombreux hypocrites qui prêchent l’amour afin de mieux gagner la confiance de leurs victimes. On peut reconnaître ces Esprits par des signes caractéristiques : ils flattent l’amour-propre du médium (ils vont même jusqu’à le persuader qu’il a une mission de prophète) et ils veulent être crus sur parole.
Il existe aussi des Esprits récemment désincarnés qui ne connaissent pas leur situation et qui croivent être encore en vie.
La deuxième cause majeure de l’obsession est l’objet même de la demande que l’on adresse aux Esprits, le but que l’on recherche.
Il n’est pas conseillé de poser des questions personnelles telles que "Est-ce que je suis sur la bonne voie ?"
Nous avons choisi de nous incarner et de vivre cette vie dans le but de réfléchir à nos actes et à leurs conséquences, pour évoluer. Le but des bons Esprits est de nous encourager mais pas de nous dire "fait telle chose ou telle autre" ; Ils ne veulent pas diriger nos vies et entraver notre libre arbitre, ils veulent que nous réfléchissions.
A contrario, les Esprits frivoles se font un plaisir de répondre à ce genre de questions...