Expérience - Simon - 07/05/2000

Ce matin avec des amies, nous avons passé une bonne nuit blanche il nous est venu à l'idée de faire du spiritisme dans un cimetière à 6H30, du matin. On été hyper concentrés tout allait pour le mieux quand il fut 7 H et que la cloche de l'eglise se trouvant au centre du cimetière nous nous sommes levés car nous avions peur d'être repérés. Nous avons aussitôt remballé nos crucifix et nous commencions à partir quand on s'est apercu que les sept coups du clocher ont paru plus que 7 petits coups. On a alors commencé à balisé et alors quand on s'est approché du clocher les coups étaient de plus en plus rapides. On s'est taillés en courant, effrayés. Plus nous nous éloignons, plus les coups étaient espacés pour finalement se terminer. Est-ce un pur hasard ? Que risque t'on ?

Quelle caricature de la réunion spirite ! pourtant, certains l'imaginent ainsi ! pourtant, et malheureusement, ces pratiques existent !
Nous n'avons certes pas de jugement à vous faire, mais peut-on vraiment, après une bonne (??) nuit blanche, à l'aube, dans un cimetière, être « hyper-concentré » ?
Ces pratiques révèlent de la nécrophilie, de la pratique satanique, ou de la pure bêtise (excusez-nous mais nous espérons pour vous que ce n'est que cela). En tout cas, ce n'est certainement pas du véritable spiritisme.
Vous voulez voir comment se déroule une réunion spirite ? Rendez-vous dans l'un de nos centres et vous verrez en toute sécurité ce qui s'y passe. Vous voulez ressentir un petit frisson ? Allez au Luna-Park, dans le train fantôme ou autre !...
Après une « bonne » nuit blanche (peut être arrosée qui plus est ?), il peut apparaître comme assez évident que les sens physiques (tout comme celui de la réalité ou du ridicule, semble-t-il) soient suffisamment émoussés pour que l'on entende divers sons de cloches...
Ce que vous risquez ?
- sur le plan physique : une bonne bronchite.
- sur le plan pénal : après les différentes affaires de ce type qui ont récemment défrayé la chronique, la maréchaussée ne sera probablement pas d'humeur primesautière à votre encontre.
- sur le plan spirituel : le risque est grand et réel. Vous trouverez toujours dans des pratiques stupides, que ce soit dans un cimetière ou ailleurs, peu importe, des esprits du bas astral prêts à vous emboîter le pas, mais peut-être pas prêts de vous laisser tranquille.
Voyez notre sujet du mois, numéro 6, « Les dangers du spiritisme » qui vous éclairera sans doute et, de grâce, mettez un terme à ces pratiques navrantes !

 

Spiritisme - Kévin et Jérémie - 04/04/2000

Salut, Nous voudrions savoir vos opinions au niveau du spiritisme, cet après midi nous avons appeler les esprits et nous sommes tombés sur le subconscient de Kevin, est-ce possible d’après vous ? Nous lui avons demandé son nom et il a épelé le nom de famille de Kevin que personne ne connaissait dans la salle... et de + le nom de sa mère que personne ne connaissait non plus. Kevin et Jérémie

On peut communiquer avec l’Esprit d’une personne vivante, à condition que celle-ci soit endormie. Dans votre cas, il s’agit certainement de l’oeuvre d’un Esprit farfelu de votre entourage.

 

Sympathie spirite - Julien - 24/03/2000

Je vous envoie mes fluides les plus bienveillants, qui pourront je le souhaite s’ajouter à tous les autres addressés à votre attention afin de vous soutenir dans votre travail d’information crucial. En effet, en France surtout, le mot spiritisme n’a pas bonne réputation, il génère même souvent de la méfiance. J’invite toutes les personnes à ne pas juger ce qu’elle ne connait pas, d’étudier cette science avant de vouloir la dénigrer. Amis spirites, soutenons nous pour naviguer tous ensembles dans la voix du bien, pour nous faire résister aux viscitudes de la vie quotidienne, pour nous détacher des vaines préoccupations et nous donner l’idée de penser aux personnes qui vivent malheureuses. Donnons le bon exemple, restons unis et ne tombons dans aucun fanatisme, ainsi nous montrerons ce qu’est véritablement la sainte révélation de nos frères d’outre-tombe. Fraternellement, un ami.

Merci. Tout témoignage fraternel nous va toujours droit au coeur.

 

Découverte du spiritisme - des étudiantes - 06/02/2000

Nous sommes des étudiantes de l’université de paris 13 qui venant pour la premiére fois d’invoquer les esprits. Vu qu’aucune d’entre nous n’avait jamais pratiqué le spiritisme, nous aimerions avoir des conseils en ce qui concerne la maniére de procédé, de pouvoir arrêter l’esprit au cas où cela se passerait mal et pourquoi pas des gens qui seraient prêts à pratiquer l’expérience avec nous (à l’université de villetaneuse).

Il est bon tout d’abord de faire la différence entre évoquer et invoquer les Esprits. Evoquer l’Esprit de quelqu’un n’est pas conseillé car les risques d’imposture sont élevés et de plus cela risque de déranger l’Esprit appelé. Nous ne procédons jamais à des évocations dans notre centre, mais à des invocations : nous prions Dieu de nous envoyer de bons Esprits pour nous instruire mais nous n’appelons pas d’Esprit en particulier ; seuls ceux qui ont la permission viennent à nous.
De plus il faut savoir POURQUOI l’on veut invoquer les Esprits ; si nous les appelons pour des questions frivoles ou par curiosité, nous attirerons à nous des Esprits frivoles eux aussi qui n’auront aucun scrupule à mentir, à s’amuser avec nous, et voir même nous perturber durant la séance, et par la suite....

 

Interrogation - Denis - 19/01/2000

Désolé d’être si direct mais d’un premier abord, votre site me fait assez peur. Je suis attiré par le monde des médiums mais votre site me laisse perplexe. Vous semblez même être un petit groupe peu ouvert vers l’extérieur ressemblant même à une secte car vous ne faites que idyller votre allan kardec. Répondez moi car je m’interroge réellemnent et je l’espère, merci de votre franchise.

Votre jugement à l’emporte-pièce et qui me semble bien hâtif est fondé sur quoi ?
Bien sûr notre site parle d’Allan Kardec puisque nous sommes spirites et qu’il est le codificateur du Spiritisme.
Il n’est pas comme ont pu le dire certains médias le « Pape du Spiritisme » ou autre superlatif sensationnel. Nous étudions ses ouvrages, remplis de bon sens et de culture et nous le respectons en tant qu’Esprit avancé (je vous renvoie à sa biographie) tout comme nous étudions et respectons, entre autres, Léon Denis et Gabriel Delanne.
Chez nous, pas de gourou mais une étude raisonnée et le bon sens avant tout ! Votre allégation que nous sommes une secte renfermée sur elle-même me semble tout à fait gratuite, pour ne pas dire diffamatoire.
Je vous invite à vous rendre compte « de visu » dans un groupe de l’union spirite que nous sommes en fait le contraire d’une secte.
Christian L., président de l’Association