Omniprésence des Esprits et intimité - Cédric B - 30/11/2002

Bonjour,
Vous expliquez souvent que l’air est peuplé d’Esprits. Mais si tel est le cas, dans quelle mesure peut-on parler du maintien de l’intimité ? N’y a-t-il pas là une idée particulièrement angoissante, voire contraire à l’idée de liberté d’automonie ?
Enfin, cela ne nuit-il à l’idée que l’être serait placé sous le seul regard, donc, le seul jugement, de son créateur ?
Merci.

Bonjour Cédric,
Tu as l’air inquiet, voire scandalisé que les Esprits désincarnés puissent être témoins des secrets de ta vie privée, comment pourrait-il en être autrement ?
Ne sais-tu pas que par leur intermédiaire, Dieu sait tout ce que tu fais et même ce que tu penses ?
Bien plus, ne sais-tu pas que tout ce que tu as fait au cours de tes incarnations successives est inscrit dans ton périsprit et que certains mystiques, comme le curé d’Ars ou Benoîte Rencurel, lisent dans ce passé à livre ouvert.
Personnellement, ce qui me gêne le plus n’est pas que les Esprits sachent tout de ce que je fais, dis ou pense, non, ce qui me gêne le plus c’est que ce que je fais, dis ou pense influe sur le monde. Quelle responsabilité ! Inversement, savoir que lorsque je me guéris, je guéris un peu le monde, quel encouragement ! Alors, et la liberté individuelle dans tout cela ?
C’est certain, jamais Dieu ou les Esprits ne me privent de mon libre-arbitre. Tout au plus, les Esprits peuvent-ils m’influencer dans mes choix. Si j’élève mon taux vibratoire par la prière, je vais attirer à moi de bons Esprits qui vont me suggérer le bien, si j’abaisse mon taux vibratoire par de mauvais comportements ou la consommation de drogues, je vais attirer à moi de mauvais Esprits qui vont m’incliner à faire le mal. Cependant je reste toujours maître de mon choix, mais ma liberté s’arrête là. En effet, mon action va déclencher des réactions en chaîne dont je dont je devrais assumer les conséquences sur ma vie et sur la vie des autres à qui je devrais donc rendre des comptes. Ceci est vrai pour mes actes positifs comme pour mes actes négatifs. La liberté a pour corollaire la responsabilité.
Comme nous l’avons vu précédemment, l’être est sous le regard de Dieu, mais Dieu ne le juge pas. C’est l’homme qui se juge lui-même car il se voit avec un “certain regard de Dieu”, de plus en plus proche du vrai regard de Dieu au fur et à mesure qu’il progresse en conscience. En effet, si au début de son évolution, l’homme se voyait avec le regard de Dieu, il serait anéanti immédiatement. C’est le sens du mythe d’Adam et ève et du “péché originel”. Au commencement était Dieu. Comme Dieu est Amour, il créa l’homme car l’Amour, par nature, se partage. Pour créer l’homme, Dieu se servit de la matière (la glaise). A la matière (ignorante) il adjoignit un peu de conscience (ils goûtèrent à l’arbre de la connaissance). Dès lors la matière se rendit compte de la distance qui la séparait de Dieu (ils virent qu’ils étaient nus). Mais par les progrès accomplis au cours des incarnations multiples, la matière se dépouillera peu à peu de ses imperfections pour atteindre sa dimension divine et ceci dans le creuset des épreuves successives (les hommes travailleront à la sueur de leur front et les femmes enfanteront dans la douleur). L’église a induit une notion de punition pour racheter une soit disant faute commise par Adam et ève.
Comment peut-on croire cela ? Si nous, qui sommes imparfaits, ne punissons pas des enfants pour des actes commis par leurs parents, comment Dieu, qui est Amour et Justice, peut-il nous punir pour des actes commis par d’autres il y a plusieurs générations ?
Non, le péché originel ne signifie pas qu’il y a eu faute, il est un terme impropre pour désigner l’imperfection de notre nature humaine du fait de son origine toute matérielle. Dieu a voulu cela pour que nous ayons le mérite de notre avancement et que nous connaissions le “prix de notre part divine.
Par le spiritisme, nous savons que tous les hommes passent par les différents stades de ce perfectionnement et que ce progrès est continu, ou tout du moins, qu’on ne peut pas régresser d’une vie à l’autre.
Par Jésus, nous savons que nous devrons passer par le stade christique”avant d’arriver à ce que les bouddhistes appellent l’illumination : Nul n’ira au Père sans passer par moi, sous-entendu par mon état.
Quand nous mesurons le chemin qu’il nous reste à parcourir, comment cela serait-il possible sans des réincarnations successives ? Alors, Cédric, n’aie pas peur des Esprits qui sont témoins de ton intimité, ni du jugement de Dieu. Ils nous accompagnent dans le lent processus de maturation auquel toutes les créatures sont conviées. Sois en intimement persuadé !
Bien fraternellement.
Marc

 

 

Cercle de Nancy - bob - 27/11/2002

J’ai été adhérent au cercle spirite Allan Kardec de Nancy un certain temps... Je sais ce que ce que sont les "séjours spirites" pour y avoir participé, j’ai visité le site avec les témoignages d’anciens...
Voici mon avis : il y a beaucoup de doutes à avoir si on veut rester objectif... Qu’ils le veuillent ou non il y un manque d’objectivité de la part de ces gens passionnés, entièrement voués à "la cause" spirite et dont les actes deviennent insensés..
.Il y a une parano lourde qui fait presque inmanquablement de tous les anciens adhérents des adeptes de la magie noire, ils se croient victimes de toutes les hostilités et pensées destructrices à leur encontre. Leurs "preuves" n’en sont pas : reconnaître le style de telle ou telle personnalité célèbre que cela soit vocalement, dans le ton, ou plus "simplement" par le style des écrits, à travers une médûmnité, est plus que simpliste...
Tous les imitateurs délivrent des messages d’Esprits désincarnés ? S’il y a eu, peut-être, par le passé, des messages authentiques, les messages plutôt insensés existent et ne sont pas remis en cause par des gens qui ne se posent plus de questions, et ingurgitent les messages sagement dès lors que les médûms valident leur propres messages... Ils refusent le doute scientifique, prétextant que le spiritisme a été prouvé en SON TEMPS...(mais l’observation scientifique a évolué aussi, la science aussi, ils n’en tiennent pas compte...)...et puis, même s’il y avait preuve scientifique de phénomènes spirites à un endroit, à une époque, et sur une personne en particulier, ça ne fait pas office de preuve pour tous les gens qui se disent médûms ! Bref...pour moi, cela a été dur de renoncer à cette doctrine, pour laquelle je m’étais investi pleinement (pas financierement, là, je dois dire qu’on ne m’a pas fait de pression, je n’étais pas très riche il faut dire...les gens donnent "ce qu ils veulent, il y a une obligation morale qui se produit "naturellement...). Mais il faut savoir reconnaitre qu’on a fait fausse route, je fais encore le deuil de cela et je fais forcément un léger amalgame de toutes les tendances spirites car je sais que ça reste non pas une "science et une philosophie" comme le dit cette association de Nancy, mais une croyance (les expertises scientifiques sont anciennes et il y avait peut-être quelques failles qui n’ont pas été déjoués, l’effet d’un inconscient, celui du médûm, qui est peut-être lui-même "victime"de ce propre inconscient). Je ne signe qu’anonymement, ça risque de nourrir un de leurs messages sur le thème de la magie noire contre leur "mouvement"... Cela dit, je ne leur en veux pas et j’ai encore du mal à me faire une opinion sur la réalité des choses, je pense qu’ils ne se rendent pas compte de la "fébrilité" des messages...Je les plains simplement de perdre probablment leur énergie à brasser du vent...Je préfère les actes authentiques... A bientôt.

Bonjour,
Dans votre message, vous nous parlez de votre déception face à des hommes qui ont leur propre interprétation de la doctrine spirite, alors pourquoi perdre votre temps et vos illusions de spirite en renonçant à votre démarche parce des hommes et des femmes semblent avoir mal comprendre la finalité de la médûmnité ?
Le conseil que je peux vous donner est d’aller voir un autre centre spirite où la vision des choses est différente. Voici l’adresse de celui de Charles Kempf :
Centre d’études spirites Léon Denis
20 rue de Marsilly
68800 Thann

Fraternellement,
Catherine.

 

 

Se découvrir - Marielle - 26/11/2002

Bonjour...
Je viens aujourd’hui de connaître votre site car j’essaie de trouver la vérité sur moi-même, le pourquoi dans cette vie... Je me suis découverte un certain don médûmnique il y a quelques années par divers "incidents"....
Une petite voix qui me prévient d’un danger avec une douleur inexplicable au niveau du coeur et me réveille à 3h du matin et qui continue une grande partie de la journée. Je pense beaucoup à ma grand-mère tout en travaillant et en rentrant le soir, le téléphone sonne et l’on m’annonce sa mort qui a eu lieu... à 3h du matin...
Un conseil intérieur que je n’ai pas écouté, un flash, quelqu’un qui me tape sur la cuisse par trois fois dans mon lit et je regarde, la pièce est vide... Des petites expériences amusantes comme deviner ce que l’autre va me dire, préparer des crèpes et s’entendre dire que j’en avais envie depuis cet après-midi...
La petite voix me perturbe et personne pour en parler ; mon ex me traitait de sorcière...
J’essaie en cachette de reproduire l’écriture automatique que j’ai vu pratiqué chez un guérisseur et ça marche au bout de quelque temps mais je laisse tomber...
Puis un jour, je suis en contact avec une femme qui devient mon amie... Avec elle, je prends l’habitude tous les vendredis soirs de faire une séance d’écriture automatique. Les réponses m’apportent du réconfort, des aides à mes problèmes, me préviennent que l’homme que j’aime n’est pas pour moi (il est marié)...
Je ressens et je peux comparer avec certains livres que tous les renseignements qui nous sont donnés sur eux sont exacts comme les vallées verdoyantes, la lumière, le temps qui n’existe pas, leurs missions...
Toujours "Casimira" le nom de notre Esprit amie, toujours, elle me dit : "Nous savons que tu es sensible mais ne pleure pas, tu fais de la peine à mamie (ma grand-mère), soit forte et courageuse !" Elle me donne des conseils pour me relaxer et leur parler, savoir écouter les réponses... On me dit d’avoir confiance en moi et en mon don mais je doute souvent, j’ai peur que les réponses soient dictées par moi...
Je vais sur certains tchats où je parle avec des amis médûms qui m’aident à progresser, qui ne me donnent pas les réponses toutes faites, qui me font "travailler intuitivement" mais parfois quand je suis dans le noir, ils me donnent une réponse et finalement c’est bien celle-ci que j’avais entendue...
Et pourtant, il me semble avancer que comme un escargot, j’ai 45 ans depuis le 3 novembre et je voudrais diriger ma vie vers une aide pour les autres mais je ne sais pas de quelle façon...
Je suis scorpion ascendant scorpion, c’est un signe intuitif, très basé sur le sexuel or vous dites que pour être un bon médûm il faut éviter d’avoir une vie sexuelle trop chargée. Bizarrement, j’oriente ma vie où le sexe bien que désiré n’est maintenant que très rarement accompli...
En fait, après la forte déprime qui a succédé à de multiples rencontres sexuelles après ma séparation, j’ai choisi de venir habiter près de l’homme que j’aime (150 kms nous séparaient)... J’ai trouvé une jolie petite maison pour mes enfants et moi, il vient me voir une fois par semaine et je vais beaucoup mieux maintenant, n’ayant plus que lui comme amant.... Et aujourd’hui que je me sens mieux, je me send prête à m’investir et à donner de moi-même pour ceux qui en ont besoin, à suivre un enseignement avec des gens comme vous...
Mon message vous semble sûrement long, il ressemble sûrement à une confession ou une psychanalyse. J’aimerais vous parler d’une expérience télépathique que je vis depuis quelques mois avec une personne que je n’ai encore jamais vue et qui est encore une chose extraordinaire pour moi par laquelle je suis parfois transformée ou des fois pleines de doute.
Merci de m’avoir lue.

Bonjour Marielle,
J’ai lu avec intérêt votre long message qui ressemble fort effectivement à une confession. Comme vous ne posez pas de questions, je ne fournirais pas de réponses simplement quelques commentaires.
Votre médûmnité est évidente mais elle semble hésitante et parfois difficile à vivre car non canalisée et sécurisée. Ce peut être la meilleure et la pire des choses, l’au-delà n’étant pas uniquement peuplé de gentils esprits prêts à nous aider. Soyez sur vos gardes et expérimentez avec discernement en vous appuyant soit sur un groupe de médûms ayant de l’expérience soit sur les écrits d’Allan Kardec ( livre des Esprits et livre des médûms). Il existe une foule d’esprits contents de nous abuser. Une médûmnité se développant harmonieusement entraîne des changements chez le médûm qui devient plus tolérant et compréhensif pour ses semblables à commencer par ceux qu’il côtoie, c’est-à-dire sa famille.
La sexualité fait partie du plan terrestre et elle est nécessaire pour la survie de l’espèce. Il n’est pas question d’en faire l’impasse ou de la dénigrer. Cependant elle ne saurait constituer le seul but de l’existence et devenir des "drogués" du sexe est aussi préjudiciable pour l’évolution spirituelle que de prendre de l’héroïne ou de la cocaïne.
Il me semble, que bien des fois dans votre vie, vous avez été guidée et vous le serez encore. Soyez attentive à cette possibilité.
Si vous le désirez, vous pouvez nous décrire vos expériences télépathiques. Nous sommes intéressés. Que votre route soit bonne et fructueuse. Michel

 

 

Sophie - J - 15/11/2002

Bonjour,
C’est la première fois que je découvre ce forum et je suis très touchée de constater qu’il existe autant de personnes qui se sentent concernées par le Spiritisme.
J’ai moi-même découvert le livre des Esprits d’Allan Kardec que très récemment mais il m’a ouvert des horizons nouveaux. Je brûle de curiosité mais il est rare de pouvoir converser avec des gens qui ont des connaissances approfondies sur le sujet. En réalité, je ne connais personne autour de moi avec qui je puisse en discuter comme je l’aimerais.
Et pourtant, c’est vraiment important pour moi : ce livre m’a aidé à sortir d’une profonde dépresssion en me faisant comprendre le sens de mon existence. Je voudrais simplement demander s’il est possible qu’une personne décédée, il y a vingt longues années, puisse encore se sentir concernée par les tribulations de la vie de personnes de sa famille.
En réalité, je voudrais savoir si ma grand-mère, que j’ai toujours voulu croire auprès de moi même si je ne l’ai pas connu, pourrait effectivement veiller sur moi et mon père et m’aider de quelque sorte que ce soit en entendant les paroles que je lui envoie parfois. Je voudrais savoir si elle est susceptible de se sentir concernée par mon sort et mes interrogations ?
Je vous remercie du fond du coeur ; merci pour ce site et toutes ces magnifiques révélations. Puissent-elles m’aider à trouver l’Amour de Dieu. Sophie.

Bonjour Sophie,
nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez au forum. Il est vrai que le spiritisme touche beaucoup de monde. Il a vraiment pris son essor à partir du milieu du 19 ème siècle et s’est trés vite répandu à travers le monde.
Le Brésil en est un exemple avec ses milliers d’adeptes du spiritisme actuellement.
L’Europe rattrapera cette différence avec le travail de tous les foyers qui s’activent à ouvrir les consciences.
Je comprends votre envie de partager cette connaissance, c’est le ressenti de tout spirite car le spiritisme a pour but sa divulgation pour éclairer l’humanité et comprendre le sens des choses d’une façon plus claire et limpide sur le sens réel de la vie. Tel est le but du livre des esprits. Cela est bien expliqué à la question 798.
Sa compréhension et l’application de ses lois morales peut faire de grandes choses, la sortie de votre dépression en est un exemple, et il y en a tant d’autres...
Son but premier est l’évolution de l’homme, du point de vue scientifique, philosophique et morale. Cela nous apprends à mettre en application dans notre vie de tous les jours un code de conduite qui nous dirige sur la voie vers laquelle on tend pour notre évolution.
Vous pourrez converser sur le sujet et entendre de belles communications qui renforceront votre foi et vous confortera dans vos aspirations, en vous rendant dans des centres spirites ou le public est convié d’assister à des scéances comme nous le faisons à Bron. La liste des centre les plus proches de chez vous est indiquée sur notre site internet. Par vos prières, vous êtes en lien constant avec les esprits familiers ainsi que votre ange gardien. Ils vous insufflent des pensées ou des intuitions que vous croyez souvent être les votres. C’est par ce moyen qu’ils vous aident en vous guidant sur le chemin et sur celui que vous vous êtes destiné avant votre incarnation. S’il y a un rapport affectif qui vous relie avec votre grand-mère, l’ayant connu ou pas, sans aucun doute elle veille sur vous. Vos prières entretiennent ce contact et le resserre.
Mais n’oubliez pas la maxime "aide-toi et le ciel t’aidera". Il faut prendre les décision de soi-même, et les cieux vous seconderont tout au long de votre vie. Il ne faut pas négliger l’influence de votre ange gardien, elles est très grande, et c’est lui qui vous connais le mieux !
A soi d’être attentif et réceptif à ses intuitions.
Que Dieu vous accompagne sur votre chemin.
Fraternellement,
Christophe

 

 

Obsession - R - 07/11/2002

Bonjour à tous
Merci pour vous réponses, elles vont m’aider. Il y a une question que je me pose ces derniers temps : est-il possible même si on ne le voit pas de pouvoir leur venir en aide sans se faire obséder d’une telle ou telle autre façon ? Est-il possible de les libérer ? Est-il possible de développer une forme de guérison pour les autres ? Tout le monde peut apprendre ?

Bonjour,
Pour aider les autres de quelques maux qu’ils souffrent, il y a un moyen très facile : la prière. Elle peut avoir pour objet une demande ou un remerciement. On peut prier pour soi-même ou pour autrui, pour les vivants et les désincarnés. Les prières adressées à Dieu sont entendus des Esprits chargés de l’exécution de ses volontés, celles qui sont adressées aux bons Esprits sont reportées à Dieu.
La puissance de la prière est dans la pensée, on peut donc prier partout et à toute heure, seul ou en commun. En accédant à la demande qui lui est adressée, Dieu a souvent en vu de récompenser l’intention, le dévouement et la foi de celui qui prie.
La prière a d’immenses bienfaits et je ne peux que vous conseiller de la pratiquer pour aider votre prochain.
Gilles.

 

 

Savoir pratiquer le Spiritisme - Romain Delair - 27/10/2002

Bonjour,
J’aimerais savoir pratiquer le Spiritisme. Pouvez-vous m’aider en m’envoyant un e-mail pour tout me dire sur les invocations ? Paroles ? Techniques ? Pratiques ? Merci d’avance, c’est très important pour moi.

Bonjour Romain
Désolé de te décevoir mais le spiritisme tel que nous le pratiquons, c’est à dire selon Allan Kardec, ne comporte pas de pratiques à base d’invocations, incantations et autres techniques plus ou moins compliquées. Ceci s’applique à la magie.
Le spiritisme est un chemin d’évolution spirituelle combinant un dogme, une morale et la possibilité de communiquer avec des guides spirituels. Il a pour but de permettre à l’être d’assumer pleinement son destin, dans l’amour de Dieu, de ses esprits familiers et de ses frères humains. Il sait qu’en tant qu’Esprit il ne mourra pas mais devra reprendre le chemin terrestre au cours de nombreuses incarnations pour se purifier.
Je te conseille de lire les ouvrages d’Allan Kardec ( Livre des Esprits, livre des Médûms, Evangile selon le spiritisme tout particulièrement.) Bonne route.
Michel

 

Preuve d’identité des Esprits - Jérémie - 08/10/2002

Aksakof, dans son livre : animisme et spiritisme rapporte beaucoup de faits sérieusement établis dont certains de vues d’Esprits par des médûms voyants, et même de matérialisations d’Esprits.
Il se refuse pourtant à interpréter ces faits comme des preuves de l’identité des Esprits qui se manifestent : si un médûm voit ma mère décédée, il se peut très bien que ce soit un autre Esprit qui, par un effort de volonté, a pris la forme corporelle de ma mère.
A cela, Delanne dans : l’âme est immortelle rétorque que c’est impossible et que la forme prise par les désincarnés ne peut être qu’une forme d’un corps d’une incarnation précédente.
Ainsi, pour Gabriel Delanne, lorsq’un Esprit se matérialise, cela apporte une information sur une de ses identités passées. Plus tard, dans les années 20-30, Charles Lancelin travaille à l’extériorisation du fantôme du vivant.
Un de ses nombreux résultats fut d’ extérioriser le périsprit du sujet et, par suggestion, de faire prendre à ce périsprit une forme quelconque ( un animal, une autre personne, lui-même... ), tout ceci étant contrôlé par des médûms voyants travaillant de manière indépendante.
Si je pense que Delanne avait raison, je pense que les expériences de Lancelin sont également valides mais comment concilier les deux ? Jérémie.

Cher Jérémie,
Les expériences de Lancelin était effectuées avec plusieurs médûms voyants qui n’avaient pas de contact ensemble et qui tous, séparément, voyaient la même chose. Difficile donc de remettre les expériences de Lancelin en doute. On peut donc en déduire que l’esprit peut modeler son périsprit selon sa volonté ou selon la suggestion qu’on lui a faite. C’est ainsi par exemple, que les Esprits d’êtres désincarnés dans l’enfance se présentent à leurs parents parfois sous la forme adulte puis après sous la forme qu’ils avaient lorsqu’ils se sont désincarnés.
En revanche, dans les expériences de matérialisation d’Esprits de Delanne, les données sont différentes : il ne s’agit plus d’un périsprit, mais d’une matérialisation. On conçoit que par la volonté, l’Esprit puisse modifier les formes de son périsprit, mais le processus qui permet à l’Esprit de condenser le fluide vital ne permet peut être pas à l’Esprit de prendre la forme qu’il veut. A ma connaissance, dans aucune expérience de matérialisation complète, un Esprit n’a pris successivement plusieurs formes, ou ne s’est fait passé pour un autre.
Mickael

 

 

Incompréhensible - Daniel - 08/10/2002

Bonjour,
Comment reconnaître l’écriture et la nature de celui qui nous la dicte ? Ressens-t-on du calme et se prolonge-t-il pendant les jours qui suivent ? Ecrire une prière est-ce normal ? Je voudrais comprendre...

Bonjour,
On reconnaît l’écriture et la nature de celui qui nous la dicte à son contenu. Un Esprit flatteur dicte souvent un texte plaisant, souvent long et dont le contenu semble vide. Les Esprits supérieurs donnent souvent des messages courts mais plein de sagesse ! Si l’on ressent du calme et qu’il se prolonge dans les jours suivants, le message peut être de son guide ou d’un Esprit protecteur. On peut écrire une prière ou un poème ou un texte en matière d’écriture automatique, les sujets sont très divers allant de l’ouvrage à des petits textes.
Catherine.

 

 

Médiumnité - CG. - 29/09/2002

Bonjour,
Je voudrais savoir si des chocs émotionnels augmentent la médûmnité ? Est-ce que la présence de bons Esprits est suffisant pour éloigner les mauvais Esprits ? Est-ce qu’un périsprit vide peut être occupé par un ange déchu ? Est-ce qu’il est possible de dissoudre un périspit avec un poignard magique lors d’une évocation ? A part avec la prière, qu’est-ce qu’il faut faire pour ne pas être subjugé par un esprit ? Qu’est-ce que vous pensez du grand livre du spiritisme de Pascal Perrot aux éditions trajectoire ? En vous remerciant par avance, je vous prie de recevoir l’expression de mes sentiments distingués. PS : lorsque j’étais jeune, j’ai réussi à avoir 3 bons numéros du loto sur 6 lors d’une séance de spiritisme.

Bonjour,
Nous allons procéder dans l’ordre pour répondre à vos questions :
Je voudrais savoir si des chocs émotionnels augmentent la médûmnité ?
Non, la médûmnité se développe avec l’aide des bons Esprits et de son perfectionnement moral.
Est-ce que la présence de bons Esprits est suffisant pour éloigner les mauvais Esprits ?
Non, elle ne suffit pas car parfois les mauvais Esprits sont là aussi pour nous éprouver et pour développer notre discernement.
Est-ce qu’un périsprit vide peut être occupé par un ange déchu ?
Un périsprit vide, cela n’existe pas car avec le périsprit, il y a toujours un esprit. Pour s’incarner sur notre terre, il faut un corps physique puis le périsprit pour permettre à l’Esprit de venir. Un corps sans périsprit cela n’est rien, c’est un corps mort.
Est-ce qu’il est possible de dissoudre un périspit avec un poignard magique lors d’une évocation ?
Là, on se trouve dans les croyances vaudous et cela n’a rien à voir avec le Spiritisme !
A part avec la prière, qu’est-ce qu’il faut faire pour ne pas être subjugé par un esprit ?
A part la prière que l’on adresse à Dieu et à son guide, il faut comprendre le monde des Esprits, voir l’ouvrage d’Allan Kardec sur notre site ; il a ces lois.
Les Esprits qui subjugent, ont besoin d’être raisonné mais il faut comprendre pourquoi ils le font et ce qui les rattachent avec la personne qui les subjuge.
Qu’est-ce que vous pensez du grand livre du spiritisme de Pascal Perrot aux éditions trajectoire ?
Vous prenez les ouvrages d’Allan Kardec, vous piochez des passages, vous collez des extraits, vous rajoutez un peu de votre sauce et vous faites un livre... il en existe malheureusement des centaines sur le marché actuellement et cela se vend !
En ce qui concerne vos trois bons numéros du loto, considérez-le comme une aide de la part de votre guide ou comme une preuve, mais le Spiritisme n’est pas là pour vous aider sur un plan matériel mais bien sur un plan spirituel.
Bernard.

 

 

Souffrance des animaux - Christophe - 29/09/2002

Bonjour,
Je tiens à vous remercier pour le travail que vous faites et la qualité de ce site. Il y a cependant une question à laquelle je n’ai pas encore trouvé de réponse ; je souhaiterais savoir comment on peut expliquer le fait que certains animaux doivent subir des épreuves très difficiles ( animaux martyrisés ).On imagine mal que se puisse être une expiation de fautes passées. Cordialement.

Bonjour,
Les animaux qui sont composés de matière inerte et doués de vitalité ont une sorte d’intelligence instructive et limitée avec la conscience de leur existence et de leur individualité. L’exercice de leur intelligence est concentré sur les moyens de satisfaire leurs besoins physiques et de pourvoir à leur conservation.
Les animaux ont bien sûr une âme mais qui n’a rien de comparable avec l’âme humaine. L’âme animal conserve après la mort son individualité mais non la conscience de son moi. L’âme des animaux n’a pas de libre arbitre et n’a pas le choix de son incarnation ; elle est presque aussitôt utilisée et n’a pas le loisir de se mettre en rapport avec d’autres créatures.
Les animaux progressent non pas par leur propre volonté mais par la force des choses et c’est pourquoi il n’y a pas pour eux d’expiation. L’animal est toujours inférieur et soumis à l’homme, il est pour lui son serviteur intelligent. Les souffrances subies par les animaux et consécutives aux actes de l’homme ne sont dues qu’au libre arbitre de ce dernier.
Gilles.

 

 

Mon bébé n’aime pas sa chambre ! - Rose - 28/09/2002

Bonjour à tous,
Mon bébé n’aime pas sa chambre et alors me direz-vous ? Mon fils a 7 semaines et à notre retour de la maternité, nous l’avons bien entendu installé dans sa chambre nouvellement redécorée et dès le départ, il a paru stressé et ne pouvait y rester plus d’une heure ou deux sans pleurer.
Je dois vous dire que moi-même, je ne suis pas très à l’aise dans cette pièce. Sans donner la chair de poule, on n’a pas envie de s’y attarder. Pourquoi ? Toujours est-il qu’il ne faisait jamais une nuit complète et là, il a dormi chez mes beaux-parents et il ne s’est pas réveillé de la nuit !
J’ai remarqué que dans cette pièce, il regardait toujours au plafond en fronçant les sourcils.
Autre chose, je cherchais l’autre jour sa tétine, et je l’ai retrouvée dans son lit alors que j’étais sûre de l’avoir laissée dans le salon. Ma question est la suivante : une pièce peut-elle être hantée par un esprit ?
Si oui, que puis-je faire pour l’en chasser ? La prière ?
Dans d’autres circonstances, j’ai déjà essayé de prier mon ange gardien (comme vous me l’avez conseillé dans un précédent message), et je pense que je m’y prends mal car je ne constate aucune amélioration et je ne ressens pas sa présence. Merci d’avance pour vos conseils et aussi merci pour votre site...
Amicalement. Rose

Bonjour Rose,
Etes-vous sûr que votre fils ne souffre pas d’une affection qui l’empêcherait de dormir ? Cependant, il est certain qu’une pièce peut être hantée par un Esprit et la prière est une méthode efficace pour faire partir l’Esprit. Parfois suivant le degré d’évolution de l’Esprit, cela ne suffit pas et il faut comprendre pourquoi cet Esprit est là et ce qui le rattache au lieu afin de le raisonner.
En ce qui concerne votre ange gardien, il est là, à vos côtés pour vous aider et nous en avons tous un sans exception. Il suffit de lui demander son aide avec persévérance et cela demande parfois du temps et de la tenacité.
Fraternelles pensées.
Bernard.

 

 

Etonnement - M - 21/09/2002

Bonjour,
Tout d’abord je vous remercie d’avoir répondu à mon message dans lequel je vous remerciai pour la propagation gratuite de tous ces précieux ouvrages. Mais je dois avouer que je suis très surprise de ne pas voir apparaître sur votre site le nom du Maître Philippe de Lyon, qui fut un homme de Dieu et un grand Thaumaturge, appelé l’ami du Christ, homme qui fut remarquable et qui repose d’ailleurs au cimetière de la Loyasse à Lyon. Je précise d’ailleurs que cet homme continu à faire des miracles depuis l’au-delà, et que par l’intermédiaire d’un médûm, je peux dire qu’il a sauvé ma vie et qu’il en sauve bien d’autres encore. Je joins à la présente un extrait de ses paroles, qui ne trahiront en rien toute la philosophie spirite et qui méritent vraiment d’être lu. Amicalement,

Chère Monique,
Votre vénération pour le Maître Philippe de Lyon me touche car je la partage. J’ai même connu des gens, décédés depuis, qui l’avait physiquement rencontré. Le cimetière de Loyasse m’est familier. Cependant votre question est hors sujet. En effet notre site est un site spirite qui est consacré à la diffusion de la doctrine spirite telle que codifiée par Allan Kardec et ses successeurs. Il existe de par le monde énormément de gens remarquables, des saints, des sages, des êtres spirituellement très évolués, que nous respectons, parfois que nous aimons, mais dont nous ne parlons pas dans notre site. Tous ces gens qui ont côtoyé les sommets ont bien des points communs car la vue d’en-haut présente bien des similitudes mais nous ne voulons pas les qualifier de spirites. D’ailleurs nous serions accusés de les récupérer.
Toutes les aides sont les bienvenues lorsqu’elles nous incitent à monter. Amicalement
Michel

 

 

Mon expérience en Spiritisme - Marie - 20/09/2002

MON EXPERIENCE EN SPIRITISME Concernant le début de mon expérience en spiritisme, elle remonte à début 2000.
Un soir j’ai voulu aller sur le site de l’IFRES, association de Spirites, et j’y ai déposé un message où j’expliquais mon parcours et ma motivation pour en savoir plus.
En fait j’avais toujours eu peur du monde de l’obscur mais je voulais l’affronter pour voir et comprendre par moi-même ce qui se cache derrière. C’était un dimanche soir. Je m’étais couchée. J’avais les yeux fermés et je ressentais comme des présences. Derrière mes paupières fermées, j’ai vu des ombres blanches qui bougeaient. Des voix m’ont parlé et me disaient : va voir sur ta boîte, tu as reçu un message et à moitié endormie, j’ai répondu à haute voix : ouais, ok, j’y vais. C’était le début d’une grande aventure.
J’avais reçu une réponse du président de l’IFRES. Il s’agit d’un groupe qui fait des expériences avec du matériel sophistiqué pour photographier les esprits avec lesquels ils entrent en communication. Ils pratiquent aussi en groupe, chaque semaine, l’écriture automatique. Je les ai rencontrés et j’ai participé à ces séances. J’étais fascinée. Lors de la première réunion, je n’avais pas posé ma question verbalement (pas le temps, il y avait trop de monde) et bien l’esprit a quand même répondu à la question que je voulais poser !
Dans sa conclusion pour clore la séance, il y avait un petit paragraphe spécialement pour moi ! Je n’y comprenais rien mais j’étais flattée, j’étais à fond dedans.
Par la suite, j’ai lu pas mal d’ouvrages d’Allan Kardec sur le monde des Esprits. Cela a été le début d’une période où progressivement j’ai entendu des coups frappés sur le mur, de très fortes intuitions, des voix qui me répondaient directement lorsque je me posais une question, des bruits d’accidents en bas de chez moi (il n’y avait rien), des clameurs dans la rue avec des sons de trompette (j’habitais au pied du château de Dourdan).
Un jour j’ai même reçu un coup sur la cheville en sortant de chez moi alors que je marchais tranquillement avec des tennis ! J’ai eu un gros hématome avec enflure pendant 15 jours. Une nuit j’ai vu comme deux nuages luminescents évoluer dans mon studio.
J’étais dans mon lit. J’ai levé la main et ça c’est enroulé autour. Je n’avais pas peur, j’étais à fond dans ma curiosité. Je me disais que c’était peut être des esprits ou simplement un nuage chargé d’énergie ? Une fois, j’ai même laissé mon magnétophone en position enregistrement pendant que j’étais partie travailler.
Le soir quand j’ai écouté, c’était incroyable : il y avait des bruits comme si quelqu’un était chez moi et déplaçait des objets. J’avais un chat. Mais ce n’était pas lui. Par moments, il miaulait bizarrement. Je l’ai fait écouté à une amie, sceptique : elle m’a avoué que c’était surprenant et qu’il s’était passé quelque chose.
Elle ne voyait qu’une solution : quelqu’un était entré chez moi pendant mon absence.
Une autre fois j’étais avec un ami dans un parc et je lui faisais l’apologie de l’oeuvre d’Allan Kardec. C’était très surprenant, il s’est passé quelque chose avec les oiseaux. Un petit piaf n’arrêtait pas de me suivre pendant près d’une heure et quand je tendais la main, il s’approchait à 5 cm, et il piaillait comme s’il me parlait.
Puis en arrivant près d’un bassin, des canards sont venus de partout en flèche comme attirés par moi alors qu’il y avait d’autres personnes et que je n’avais aucune nourriture sur moi ! Comme je suis très croyante, je me demandais ce que tout cela signifiait : on entend tellement de choses sur des phénomènes que certains appellent miracles.
Et je n’ai pas vraiment été aidée avec mon prénom : Lourdes ! Croyez-le si vous le voulez, pendant quasiment un mois, j’ai eu trois marques faisant penser à des brûlures de cigarette sur l’intérieur des deux mains et l’extérieur comme des stigmates et aux pieds en plus léger.
J’ai caché mes mains comme j’ai pu. Je suis même allée à Lourdes pour voir. Là-bas je me suis retrouvée sur la colline en pleine nuit et je n’ose pas dire ce que j’ai vu. C’était de la pure fiction !
Je commençais à trouver cela très louche car je n’ai vraiment rien d’une sainte et si ma croyance en Dieu est forte, je préfèrerai dormir sous les ponts de Paris plutôt que d’aller moisir dans un couvent ! Il ne se passait pas une semaine sans qu’il y ait des faits surprenants : souvent seule, parfois avec témoins.
Un jour, par une belle après-midi ensoleillée, j’étais partie avec une amie faire une ballade en voiture en rase campagne. J’étais en 3ème, on visitait un endroit paisible et très joli. Tout était incroyablement calme.
A un moment donné, on a entendu un pet et une espèce de flash doré à la hauteur du rétro intérieur. Des faits de ce genre, j’en ai eu à la pelle.
Le plus impressionnant, était ces voix que j’entendais : cela devenait un véritable dialogue (une voix masculine). A certains moments elle n’était plus là, à d’autres j’en entendais une mais différente. Sur plusieurs soirs, j’ai été comme envahie. Elles n’attendaient plus que je me pose ou que je leur pose des questions, elles venaient et je n’arrivais pas à les faire taire. A d’autres, j’avais envie de l’entendre et rien ne se produisait. C’est ainsi que j’ai commencé à guetter ces voix et qu’une certaine fébrilité a commencé à me gagner, provoquant des insomnies.
Vers la fin, j’ai fini par ne plus savoir si c’était mon cerveau qui créait ce dialogue ou si ces voix étaient extérieures à moi. J’avais peur de devenir schizophrène. Par moments, j’obéissais à ces voix en me disant que j’avais peut-être une mission à accomplir, à d’autres je les chassais violemment et je me mettais en colère en les insultant de tous les noms. Elles me faisaient tourner en bourrique et me demandaient de faire des trucs bizarres. Je devenais petit à petit complètement parano et je commençais à avoir très peur.
Je me sentais espionnée de l’intérieur, c’était un sentiment de viol profond. Au plus fort de ma crise, j’ai failli basculer complètement dans la folie, au bord du suicide. Ou plutôt je devrais dire que j’ai basculé dans la folie mais j’avais conscience que ma folie n’était pas normale.
C’est fort, non ? J’ai essayé d’aborder le sujet avec les membres de l’IFRES mais ils ne m’ont écouté que d’une oreille distraite. Je ne leur en veux pas : je les trouvais très sympas.
Seulement mon cas ne les intéressait pas et je posais trop de questions auxquelles ils n’avaient pas spécialement envie de répondre. J’ai donc été livrée à moi-même avec des phénomènes trop lourds à porter en me posant des questions dans tous les sens. Sans compter que, comme par hasard, dès que je me connectais sur un site, ou que j’avais une idée sur quelque chose, forcément je recevais dans la journée un courrier, un appel, je faisais une rencontre orientée directement sur ce sujet, il y avait toujours une info à la radio étroitement liée à ce que je vivais dans ma tête.
J’ouvrais un livre au hasard, le passage répondait pile poil au sujet qui me préoccupait. Tout le temps, tout le temps, tout le temps... Vous savez ce que cela veut dire ? C’était comme du harcèlement perpétuel, venu de je ne sais où. Comme si chaque geste, action, pensée avait une répercussion directe sur tous les événements et rencontres.
Et puis j’ai fait la rencontre d’un type qui était à la tête d’un mouvement : la communauté universelle, il avait un site où il proposait une solution pour la paix dans le monde. Il a essayé de m’embringuer dans son histoire.
En résumé, il avait la solution pour sauver l’humanité avec son idée (liée à la mondialisation) et il lui manquait une clé. Cette clé pour lui était forcément une rencontre. Il devinait tout de moi.
A un moment donné, l’échange a été très violent verbalement car je sentais que quelque chose n’était pas normal dans sa démarche. Quand j’étais à quelques centimètres de lui, il se dégageait comme un flux magnétique attractif très puissant. C’était presque palpable dans l’air. Et puis comme par hasard, quelques jours après je suis allée au cimetière du Père Lachaise pour voir la tombe de Kardec avec mon amie qui était intriguée. Sur place, je me suis fait agressée (toujours verbalement) par un illuminé qui n’arrêtait pas de tourner autour de moi. Très drôle, il a parlé de ses frères, de la Communauté Universelle. Un peu après je reprends contact avec une relation que je n’avais pas vu de longue date (plusieurs années). Il me parle d’un groupement et me propose de le rejoindre pour faire quelque chose de concret pour la paix dans le monde. Son nom ? Bingo : la communauté universelle !
Et puis une rencontre par hasard dans un café. Il a été à Londres pour je ne sais quoi. Un soir, je me couche normalement. Le lendemain, je trouve une lettre de lui à côté de mon ordinateur !
J’étais aussi entrée en liaison avec le webmaster du site de Michael Jackson (sponsorisé par Sony) car j’ai eu des rêves le concernant et j’ai toujours eu l’impression de le connaître ! Allez savoir pourquoi : je n’avais pas un seul de ces CD et je l’admirais pas. J’avais envie d’aller voir aussi de ce côté ce qu’il y avait.
En fait depuis son album Bad, cela me faisait de la peine de le voir se dégrader pour ressembler de plus en plus à un mort vivant. C’est drôle, ce webmaster me parlait de Michael comme d’un Maître à penser. Plein de choses surprenantes.
J’aimais le personnage de Peter Pan depuis toute petite. J’ai appris que MJ avait créé Nerverland. J’avais des pensées/flash sur lui et presque à chaque fois, je voyais un lien direct entre ce que je pensais avec les informations données sur ce site le concernant. Comme si j’étais connectée (in)directement à un réseau invisible. Je parlais de Michael. Une chanson de lui sur les ondes au même moment.
Une fois je l’ai vu en rêve : il me disait être un ami. Il était habillé en noir et rouge, ce détail m’a dérangée. Peu de temps après, je vois sur le site une photo soi-disant de sa chambre et un pantalon noir posé sur le lit avec ce qui ressemblait à un blouson rouge.
Quand j’ai traversé ma période bleue, très drôle, la photo du mois représentait MJ sur un fond bleu. Au début c’est drôle et intrigant pour finir cela m’a perturbée profondément : ces coïncidences s’accentuaient à un tel point que le hasard était, pour moi, forcément exclu. Dans le même temps, j’ai commencé à me paralyser dans le bas du dos. Je mettais au moins un quart d’heure avant de me lever.
Cela allait en s’amplifiant de semaines en semaines, jusqu’au jour où c’est parti sans que je comprenne pourquoi : comme si j’avais des vagues qui remuaient tous mes muscles et faisaient craquer mes vertèbres. Cela a duré cinq minutes. Une fois aussi j’ai été hospitalisée d’urgence car j’avais les gencives violettes, la gorge et la langue toute blanche et une fatigue incroyable.
Les médecins n’ont rien trouvé : même pas la trace d’une petite infection. J’ai eu aussi un problème grave au niveau du ventre (c’était pas beau à voir, c’est tout ce que je peux vous dire et j’ai eu très peur).
Le gynéco n’a rien pu me dire. Il a calé et les résultats d’analyse n’ont absolument rien donné. Ce que je présentais ne correspondait à rien de connu, pour lui en tout cas.
Pour mon premier séjour psychiatrique, je voulais en finir avec la vie , j’ai été hospitalisée d’urgence en pleine nuit. Là, surprise, il y avait un type enfermé dans une chambre voisine. Il n’arrêtait pas de crier le nom de Michael.
J’ai eu vraiment très peur. Je me suis enfuie. J’ai même été guidée mentalement par une voix qui me disait quoi faire et où passer. Le délire total. Je suis allée loin : je suis partie en pyjama à Paris, en stop (pieds nus). J’avais arrêté une voiture et un jeune couple qui allait dans cette direction a cru à l’histoire que j’ai racontée. J’avais dit qu’on cherchait à me faire passer pour une folle et qu’il fallait que j’aille voir le procureur de la république !
Comme il faisait nuit, je me suis retrouvée dans le métro, comme une clocharde. Je voulais passer la nuit cachée près des rails. Je suis entrée, le dernier métro était passé. Je descends les marches pour aller sur la voie, puis je m’installe. Je me demandais ce que je faisais là !
Je regarde par terre : j’étais assise à côté d’une canette de coca vide et 5 ou 6 cartes de visite étalées. J’en prend une. Sur le recto je vois le nom et l’adresse d’un médûm. et sur le verso, un mot écrit au stylo à bille : elle a réussi là ou d’autres ont échoué. Je n’étais plus à ça prêt !
Après ça on m’a arrêtée, enfermée. J’ai écrit un courrier au procureur de la république, au président, au commissariat proche de ma ville pour expliquer qu’il y avait des gens qui agissaient sous une étiquette pseudo-politique et qui utilisaient des moyens obscurs pour manipuler l’esprit des gens. Je n’ai jamais eu de réponse. Je pense que tout le monde m’a pris pour une folle, à moins qu’il y ait autre chose.
Je donne juste des informations (je pourrais écrire des pages et des pages sur ce que j’ai vécu depuis le début de l’année 2000 !). L’interprétation que l’on peut en faire au final, c’est autre chose. Pour ma part, je pense qu’il y avait plusieurs causes : phénomènes psychiques, manipulation mentale de la part de certains individus qui voulaient m’amener à faire partie de leur mouvement et manipulation d’esprits qui ont dû bien rigoler à me voir faire.
J’en déduis que j’ai une grande sensibilité/réceptivité, certains appellent ça médûmnité. Cela m’a absorbée et propulsée dans une spirale descendante vertigineuse. A la fin ces voix n’étaient plus extérieures, j’étais réellement en train de devenir folle. Parfois mon cerveau s’emballait et je n’arrivais plus à contrôler le flux de mes pensées. Comme si mes pensées étaient un torrent à très haut débit.
Du côté de l’imagerie mentale, c’était aussi fabuleux. Une fois, c’est comme si j’avais un écran de télévision dans la tête et qu’un film défilait sous mes yeux. J’étais pleinement consciente mais je maîtrisais rien. Ce qui est incroyable, c’est cette capacité, par moments à être spectateur de moi-même. Tout cela a été une véritable torture mentale. J’ai terriblement souffert. Mes nerfs étaient écorchés, à vif.
La comparaison que je pourrais en donner, c’est comme si j’étais écartelée de l’intérieur, au bord de la rupture . J’ai eu du mal à surmonter tout ça. Ma seule issue : la prière. J’ai prié Dieu tant que j’ai pu, c’est-à-dire parfois pendant des heures et des heures. C’était la seule chose qui me restait. Il a été mon psy. Cette idée me plaisait : c’était gratuit et en plus il ne me gavait pas de médicaments !
Le problème est que cela ne rattache pas à la réalité. J’aurais aimé pouvoir en parler librement avec un expert sans préjugés, prêt à recevoir mon histoire et à creuser pour m’aider à faire le tri. Ma famille, mes amis ont tous eu très peur et ont cru que j’étais définitivement perdue. Ce que je vivais à l’intérieur, se traduisait par des actions complètement décousues et insensées vues de l’extérieur, voire démentes.
Sur le plan médical, personne n’a fait l’effort de me demander ce qui se passait réellement, sauf un, mais sa spécialité était la psychothérapie de couple. Avant tout, on prenait soin de me gaver de médicaments (pour soi-disant me calmer) : je les stockais dans la bouche et que je recrachais en cachette et cela me mettait dans une colère noire, une rage que j’avais du mal à contenir.
J’étais piégée dans un système rigide et non adapté. Le Tercian, je n’ai pas toujours réussi à l’éliminer : il était liquide et j’ai fini par me faire repérer. Non seulement on se fichait pas mal de mon cas, mais en plus on m’a enfermée, seule ; la chose à ne surtout pas faire !
J’ai fait un effort surhumain pour surmonter tout ça. Avec du mal, on a fini par m’accorder du papier et un stylo. Je me suis obligée à écrire tout ce qui me passait par la tête, histoire de faire quelque chose (j’écrivais comme je pouvais : je n’arrivais pas à voir les mots que j’écrivais : le tercian brouille trop la vision et en plus je n’avais pas mes lunettes !) Un hôpital est censé apporter une aide aux malades. Je ne dirai qu’une chose : être assis en face d’un mur blanc à longueur de journée, ça rend vraiment fou !
Maintenant, je prends du recul. J’essaye d’analyser et de garder la tête froide. Il y a tellement de théories et de possibilités. que je préfère laisser certaines questions sans réponses. Par contre, je ne referai plus jamais de spiritisme. Mon aventure est peut-être extrême et ne veut sans doute rien dire, mais il y a beaucoup de personnes internées après avoir été en contact avec le monde de l’au-delà.
D’ailleurs, je n’ai pas encore lu le livre, mais lorsque j’ai laissé mon témoignage sur un site spirite (le cercle spirite nantais d’Allan Kardec - ils n’ont pas censuré mon texte et ont même répondu d’une manière fort sympathique), j’ai eu une réponse d’un visiteur qui m’a interpellée : Auteur : Cyriaque Bonjour Marie
Votre témoignage recoupe quelque part le livre que je viens de lire intitulé 30 ans parmi les morts du psychiatre américain Carl WICKLAND qui pratiqua de nombreuses séances médûmniques par le biais de son épouse médûm à incorporation. A l’opposé de la psychiatrie qui recherche des causes neurologiques aux nombreux troubles psychiques et à la psychanalyse qui brandit l’étendard de l’inconscient, WICKLAND, quant à lui, évoque l’influence néfastes de sphères spirituelles néfastes et négatives, d’esprits malsains voire dangereux.
Il y relate de nombreux cas de personnes possédées et que l’on interna malheureusement pour démence.
Voilà, c’est presque tout.

Chère Marie-Laure
J’ai lu et relu votre long message et je ne sais quoi répondre. D’ailleurs vous ne posez pas de question ! J’ai mesuré l’étendue de votre détresse ! Je dirais simplement que même si vos dons sont évidents, ils sont pour vous un gros handicap tout simplement parce que vous n’avez pas assez construit votre "terre" c’est à dire les fondations de votre personnalité, l’abc de l’incarnation dans ses nécessites matérielles : manger, respirer, dormir, travailler etc. Il est difficile d’explorer les régions spirituelles si les bases ne sont pas solides. C’est la porte ouverte à tous les dérapages incontrôlables, vous êtes bien placée pour le savoir.
On peut effectivement évoquer la possession, hélas bien plus fréquente que l’on ne croit, surtout sur des personnalités fragiles, mais cela ne servirait en pratique pas à grand chose.
Je vous conseille de vous recentrer uniquement sur le côté matériel des choses et sur vos obligations. Obligez-vous à une vie régulière : lever, repas, coucher.. Occupez vos mains : jardinage, tricot, cuisine. Marchez, faites du sport. Fréquentez des gens bien installés dans la vie avec des centres d’intérêt pratiques. Occupez votre esprit par des lectures simples : romans policiers, biographies. Priez en toute simplicité comme une enfant fragile qui demande la protection de son père.
Je n’ai pas la prétention de vous changer mais j’ose vous donner quelques pistes. Soyez dans l’espoir et la confiance.
Michel

 

 

Spiritisme et pratique des sciences magiques - Falcor - 18/09/2002

Bonjour,
J’aimerais beaucoup savoir ce que dit la doctrine spirite à propos de la pratique de la magie et plus particulièrement de la wicca (philosophie païenne fondée sur l’ amour du dieu et de la déesse qui représentent à eux deux l’ ensemble de l’ univers). Elle-même se fonde sur la capacité d’évolution de l’homme. Merci beaucoup d’avance de bien vouloir prendre le temps de lire mon message et d’ y répondre.

Bonjour Patrick,
Je vais certainement vous décevoir, mais la doctrine spirite ne souffle mot de la wicca et je doute fort que cette philosophie ait été connue par nos maîtres tout particulièrement A Kardec. Elle est basée sur la dualité ce que l’on retrouve dans le manichéisme ou chez les cathares (dualité entre le masculin et le féminin, entre le bien et le mal).
Quant à la magie, tout dépend ce qui est sous-entendu par ce mot. S’il s’agit de pratiques occultes compliquées, effectuées dans des buts égoïstes alors le spiritisme les condamne car elles ne peuvent que faire appel à des esprits inférieurs ou méchants qui tôt ou tard prendront le pouvoir. Par contre si l’âme agit pour retrouver sa patrie spirituelle et ses frères qui y habitent, alors on peut dire que le spiritisme est magique.
Le spiritisme est très simple. Basé sur les principes christiques d’amour de Dieu et d’amour et de solidarité entre les humains ainsi que sur la responsabilité individuelle, il admet l’alternance de séjours terrestres et de séjours dans le monde spirituel, sans vraiment de coupure, mais toujours avec solidarité. Cette alternance est nécessaire à l’évolution de l’homme, Etre qui doit devenir de moins en moins grossier en se spiritualisant jusqu’à ne plus avoir besoin de s’incarner sur notre planète. L’homme évolue donc par ses efforts, avec l’aide de ses guides spirituels, d’incarnations en incarnations, selon le plan Divin et la justice Divine. La médûmnité est une sorte de canal qui permet la communication entre les deux états : incarné ou désincarné.
Notre philosophie spirite est avant tout une pratique au quotidien. L’étude est nécessaire, indispensable mais elle conduit à l’acte.
Bien à vous
Michel

 

 

Dépression et suicide - Josselin - 10/09/2002

Bonjour à tous,
J’aimerais savoir les conditions de vie d’un Esprit récemment suicidé. Pourriez-vous également m’ expliquer l’origine des dépressions qui se caractérisent surtout par un dégoût de la vie et un manque de motivation sans raison vraiment apparente (pas de difficultés matérielles ou d’évènements malheureux par exemple). Merci.

Bonjour Josselin,
Parler du suicide n’est pas une mince affaire. Bien sûr on peut le faire intellectuellement et dire que les suicidés ont volontairement abrégé une vie qu’ils avaient choisie au départ, que ce n’est pas en leur pouvoir de le faire et que de ce fait dans le monde des Esprits ils vont rencontrer bien des difficultés et bien des regrets. Que leur Esprit va pendant un certain temps, peut-être égal au temps qu’ils ont dérobé, connaître le doute, la souffrance et les remords de l’erraticité. Cependant, il y a suicide et suicide, qui peut juger ? Un suicide peut être un accident ou un acte de courage. Et même comment comprendre et condamner une pulsion suicidaire qui envahit le champ de conscience d’un être jusqu’à lui faire perdre la raison ? Et il faut penser aux familles qui restent avec leur immense chagrin, suffisamment culpabilisées sans en rajouter. Je suis persuadé que seul Dieu peut juger et nous devons le prier avec ferveur de faire preuve de clémence.
La dépression qu’elle soit secondaire ou primaire est la plupart du temps une maladie comme n’importe quelle maladie caractérisée par une diminution des taux des neuro-transmetteurs cérébraux ( comme la sérotonine). Et elle se soigne par des médicaments qui augmentent la quantité de ces substances. On peut incriminer des facteurs environnementaux, génétiques ou autres. Cependant il est indéniable que pour nous spirites, un certain nombre de dépressions constituent des possessions par des esprits inférieurs, méchants ou vengeurs. L’obsession (premier stade de la possession) se caractérise par une grande fatigue et par des troubles de l’humeur comme pour une dépression. Dans ces cas, une connaissance de la doctrine spirite et une aide apporté par un groupe de médûms associés dans la prière et le magnétisme est plus efficace que toutes les drogues de la terre. (voir le livre d’A Kardec sur l’obsession). Ce qui est notable, c’est que le millepertuis, remarquable remède de phytothérapie pour la dépression, est connu depuis l’Antiquité pour ses propriétés à chasser les démons ! Nos anciens avaient souvent la Connaissance.
J’espère avoir satisfait votre curiosité. Amicalement
Michel

 

 

Ecriture automatique - Christian - 01/09/2002

Bonjour,
J’ai 16 ans et je m’intéresse depuis 2 ou 3 ans à l’occultisme (donc aussi au spiritisme) et depuis que j’ai entendu parler de la décorporation - j’ai eu qu’une vague expérience - et des NDE, j’ai ma propre idée sur les différents plans (ou dimensions) et les corps (astral, mental,...). J’aimerais pratiquer l’écriture automatique. Est-ce que vous auriez des conseils ou une marche à suivre ? J’ai lu sur votre site que vous ne croyez pas à Satan. Pourtant, j’ai lu qu’il se manifestait (très rarement) sous le nom de NATAS. Qu’est-ce que vous en pensez ? Merci d’avance.

Bonjour,
Tu es jeune et à ton âge, on se pose beaucoup de questions. On cherche un peu partout des réponses ou des phénomènes un peu extraordinaires.
Si tu t’intéresses à notre site, tu as du lire qu’il était déconseillé de pratiquer le Spiritisme isolément. Avant de croire n’importe quoi, il faut avant tout des bases solides que tu pourras obtenir par la lecture d’ouvrages sérieux écrits par des personnes désintéressées et ayant une solide expérience : Allan Kardec, Léon Denis, Gabriel Delanne.
Tu y apprendras notamment que de même que dans notre monde, il y a de bons et de mauvais êtres humains, pareillement dans le monde des Esprits, il y en a proches de la perfection et d’autres très pervers qui se parent de noms les plus divers pour effrayer les hommes crédules et naïfs.
Alors sois patient et sois prudent !
Gilles.

 

 

Changement - Un esprit incarné comme un autre... - 29/08/2002

Bonjour à tous,
Au début, les principes spirites m’étaient quelque peu abstraits mais maintenant ma vision des choses a changée. Je suis plus tourné vers mon prochain, je n’ai plus peur d’agir face aux autres quand quelqu’un le nécessite et je dis pas ça pour me faire valoir ! Je suis équilibré et saint d’esprit mais dans certains lieux, avec certaines personnes, j’ai parfois des sensations bizarres, je n’arrive pas vraiment à expliquer certaines intuitions ou hasards... C’est normal ou dois-je aller voir un psy ? Simplement une formation de mon imaginaire et des coincidences ? Bref, j’avoue ne pas être un exemple de morale mais comprendre Jésus et le royaume de notre Père spirituel m’a vraiment permis de connaître quelque chose au fond de moi. Donc, continuez tout ce chemin sans dogmatisme et que la Lumière Divine puisse toujours guider vos pas en fonction de la Loi Divine.

Bonjour,
Je voudrais vous dire avant tout de ne pas vous faire de soucis. Tout le monde a de la médûmnité en lui, ceci n’est pas un privilège.
Des conjonctions d’évenements dans votre vie qu’on appellent "coincidences et hasards" ne sont que les preuves qui attestent que le monde spirituel est omniprésent à nos côtés et nous guide. Les intuitions sont du même ordre.
Continuez donc votre chemin dans ce sens, en travaillant sur vous-même, et si vous voulez toujours être sur la bonne voie, gardez toujours en tête de faire les choses avec le plus d’humilité et de charité possible, car comme le disait si bien Allan Kardec : Hors la Charité, point de salut". Fraternellement
Christophe

 

 

Questionnement - Anne - 26/08/2002

Bonjour,
J’ai lu plusieurs des messages que les gens vous ont envoyés et je tiens à dire que c’est vraiment intéressant d’avoir accès à des sites comme celui-ci. Les réponses que vous nous donnez nous sont d’une grande aide et d’un grand support - merci - . C’est pour cette raison que j’ai eu envie de vous écrire.
Je suis une jeune fille de 16 ans et je ne considère pas la vie du tout à la légère. Je crois qu’il est important d’avoir une bonne spiritualité afin d’être le plus fort et en paix possible devant les épreuves qui nous sont données de vivre.
Depuis quelque mois, des évènements ont fait en sorte que je me suis davantage ouverte au monde spirituel. J’ai rencontré le guide d’une médûm et une vision de mon passé m’a été démontrée dans un voyage astral que je n’avais pas provoqué... ça été des expériences révélatrices dans la façon dont je devais dorénavent voir la vie. Je vous explique ceci, car souvent je me sens seule et perdue dans ce monde qui démontre parfois tellement de froideur face aux sentiments d’autrui ! .
Je me confie fréquemment à mon guide qui me supporte, je le sais bien mais j’aimerais savoir s’il est possible de pouvoir véritablement communiquer avec lui, de pouvoir le voir et l’entendre. Peut être est-ce possible dans un voyage astral ?
J’aimerais aussi savoir à quel niveau d’évolution appartiennent ces Esprits qui nous guident ?
J’ai vécu des expériences face au monde astral mais sans jamais forcer les choses.
J’ai toujours cru en cette autre dimension mais j’ai toujours aussi crains de rencontrer des entités mauvaises. Comment ne pas craindre de faire un voyage astral sans être dérouté dans le bas-astral et en revenir très perturbé ? Par contre, cette autre dimension qu’est le voyage astral me semble le meilleur moyen de communication et de lumière que je pourrais avoir pour m’aider à mieux comprendre certaines choses que mon guide a voulu que je sache, mais dont je doute.
Si vous pourriez m’indiquer aussi où je peux trouver des groupes spirites dans la ville de Québec cela me serait aussi d’un grand réconfort.
éclairez-moi, s’il-vous-plait, j’espère que vous ne serez pas trop dérangés par toutes ces questions qui se sont bousculées. Merci d’avance Amicalement Anne

Bonjour Anne,
Continuez à demander aide et protection à votre guide, il est là pour cela Pour pouvoir le voir et l’entendre, il faut du temps, de la patience, du discernement et la permission divine.
L’Esprit qui nous sert de guide a une évolution supérieure à la nôtre. Nous vous conseillons pour plus d’informations de lire le fascicule sur les anges-gardiens que vous trouverez dans notre site ou dans le Livre des Esprits au chapitre 9 - intervention des Esprits dans le monde corporel et au paragraphe anges-gardiens, Esprits protecteurs
Nous vous déconseillons les expériences de voyage astral car effectivement, il est à craindre des rencontres désagréables avec des entités du bas-astral.
Amicalement,
Bernard

 

Guide - Al - 11/08/2002

Je cherche un ouvrage traitant de la méthode pour entrer en contact avec son guide.

Une seule méthode, la plus efficace, la prière !
Vous lui adressez toutes vos demandes, du fond du coeur et avec la permission divine, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous aider. En le priant fréquemment, vous sentirez sa présence à vos côtés, mais il faut la foi et l’amour de Dieu.
Sincères salutations.
Bernard

 

 

Je suis malheureux - Marc Duval - 11/08/2002

Bonjour,
Je vous écris sans trop savoir ce que vous allez bien pouvoir me répondre à ce que je vais vous racontez ... En effet, je pense qu’une personne et je crois savoir qui m’a jeté un sortilège de façon à ce que je ne rencontre jamais la femme de ma vie. Car il faut savoir qu’à chaque fois que je rencontre une personne et que tout va bien, je subis un échec sentimental et que j’en souffre énormément. Je prie Dieu le père de bien vouloir faire en sorte que je rencontre la femme de ma vie, par Jésus le Christ, notre Seigneur. J’ai été voir un psychiatre. Je suis malheureux dans ma vie. J’ai tout pour être bien. J’ai la santé, mes parents, du travail. Je suis aide-Soignant. Je suis propriétaire de mon logement, j’ai une voiture et je suis beau garçon, on dit de moi que je suis bel homme, très gentil avec la gente féminine, je suis sentimentale, très romantique et hyper sensible. Mais à part toute cette vitrine, je ne suis pas heureux car il me manque l’essentiel à savoir l’Amour, partager ma vie avec une femme, fonder un foyer, me marier et avoir des enfants mais à chaque fois ça ne marche pas. J’ai 36 ans et je commence à désespérer. Je prie Dieu mais il ne me répond pas. Je suis malheureux. Au secours. Marc

Bonjour,
Pour nous spirites, les épreuves que nous rencontrons dans notre vie actuelle sont les conséquences de nos vies antérieures. De même, notre conduite dans la vie présente prépare nos vies futures. Quelque soit la dureté de l’épreuve et nous l’avons choisie avant de nous incarner, elle permet notre évolution, évolution à travers la souffrance, à travers la peine mais aussi apprentissage de la patience et mise à l’épreuve de notre foi envers Dieu.
Néanmoins la bonté de Dieu étant infinie, je ne peux que vous conseillez dans cette situation de continuer vos prières : prières du coeur avec vos mots, avec toutes vos angoisses, vos espérances, vos souhaits, vos attentes et surtout votre confiance et votre amour en Dieu. Remettez-vous à lui comme un enfant envers son père et patience.
Amicalement à vous.
Bernard.