Vous trouverez dans cette rubrique l'ensemble des Bulletins "Le Spiritisme"du CSLAK.

Tout internaute peut télécharger nos articles du bulletins, ils sont libres d'accès cependant si vous les diffusez sur internet sur votre blog, sur votre site ou facebook, twitter, etc, merci d'indiquer que vous les avez téléchargés à partir de notre site internet. Ainsi, vous contribuerez à la diffusion de la cause spirite en nous aidant à nous faire connaître.

Bulletin 87

Bulletin 87 - décembre 2021
Sommaire

Editorial

Sur les conseils des Esprits guides de notre centre, nous avons changé l’orientation de nos activités en rapport à l’aide que nous devons apporter à notre prochain. Dans nos sociétés en pleine mutation, dans un monde qui se cherche un nouveau chemin, et sous le regard du monde spirituel que notre humanité ignore, une transition planétaire se met en place afin de passer d’un monde d’expiation à un monde de régénération.
Durant des années, des centaines de personnes sont venues dans notre centre pour obtenir des messages de défunts, ou pour avoir une aide spirituelle rapidement et sans retour. La plupart ne comprenait pas les bienfaits de la prière pour elles ou pour ces désincarnés dont elles venaient seulement “prendre des nouvelles“. Mais le spiritisme et les médiums sont là en premier lieu pour instruire, pour diffuser l’amour qui descend et qui peut tout changer, afin de faire grandir chacun qui vient, dans la foi et l’espérance,
Cette nouvelle ère qui va s’installer progressivement sur notre terre est une chance pour chacun de ses habitants et il est maintenant nécessaire qu’il existe un grand nombre de femmes et d’hommes qui s’ouvrent à ce que Dieu a déposé en eux.
A ce jour, chacun reste libre dans ses choix mais pour le plus grand nombre, le temps n’est plus à la misère ni à l’angoisse, mais au regard pour l’autre, à l’amour de l’autre. C’est sur ce principe qu’il est nécessaire que les progrès se réalisent, car chacun peut s’émerveiller des joies d’aider, des joies d’aimer. Et c’est bien dans cet amour partagé que les forces d’en-haut descendent, pour promettre à tous ceux qui seront dans l’effort la postérité vers la lumière.

Gilles Fernandez

Pour toute aide spirituelle

Beaucoup de personnes, qui viennent demander une aide dans les centres spirites, pensent que celle-ci doit leur être accordée instantanément et sans autre effort que celui de venir assister à quelques réunions de prière et d’aide spirituelle.
Pour toute aide spirituelle qui amène à la guérison il y a trois acteurs principaux : le malade, bien sûr, à qui il est demandé de prier et d’élever ses pensées, les guides spirituels et médecins du ciel qui détiennent la force curative et le groupe spirite composé de médiums qui sert d’intermédiaire, de canal, entre les deux précédents. Chacun a un travail bien précis et une forte implication dans le résultat final. Si l’une de ces composantes est défaillante le résultat n’est pas au rendez-vous.
Voici une petite histoire qui résume bien cette situation dans le peu d’entrain que montre le malade. Une personne souffrante ayant assisté à trois réunions d’aide spirituelle revient au centre et se plaint :
- Selon vos recommandations, depuis plusieurs semaines, je viens aux réunions d'assistance spirituelle, et jusqu'à présent, je n'ai eu aucune amélioration. J’ai toujours une migraine accompagnée d'une angoisse insurmontable et d'un désagrément digestif.
Un médium lui répond :
- Mon frère, comme je vous l’ai expliqué, vous êtes sous l'action d'un obsesseur du passé. Il faut donner du temps au temps et appliquer les conseils qui vous ont été donnés par les Esprits guides de notre centre. A savoir :
« Nous te souhaitons la bienvenue ici parmi nous, et pour ton bien-être intérieur, nous te conseillons de toujours coordonner tes pensées dans la joie, la satisfaction du partage et l’envie de progresser. C’est une tâche ardue qu’il faut compléter par la prière pour permettre le repos de ton âme et son élévation. Grandis-toi auprès de lectures importantes, celles qui complètent l’envie de progrès et l’amour du prochain. Rien ne résistera à ce travail en profondeur, et tu pourras être assurée du progrès et de cette lente satisfaction de la paix récoltée.
Toute notre bénédiction t’accompagne dans l’ouvrage et la tâche, et le regard du Père sur ses enfants est infini à celui qui comprend que c’est dans le travail, le recueillement, que l’on obtient le meilleur aboutissement dans une incarnation. »
- J’ai lu ce message, mais on m’a dit qu’ici il y avait une grande protection, que les fluides étaient puissants et que les guides qui travaillent dans ce lieu sont des Esprits supérieurs baignant dans la lumière, et donc qu’ils pourraient résoudre ma situation rapidement.
- Dans tout groupe où l'on cherche à observer l'orientation spirite et les leçons de Jésus, il y a des bienfaiteurs spirituels agissant à notre profit. Il se trouve que la solution de nos problèmes ne dépend pas uniquement de l'aide du ciel. La bonne volonté des intéressés de la terre est nécessaire. Pour obtenir la guérison, il ne suffit pas de demander l'aide des Esprits, de recevoir des passes fluidiques ou le réconfort d’un message spirituel, mais il faut cultiver la prière, discipliner les émotions, surmonter les irritations et les rancœurs et surtout exercer le bien. L'effort de la charité est une ressource fondamentale pour se libérer de l'obsesseur ou surmonter les épreuves. La charité que vous exercez peut sensibiliser votre entourage spirituel et terrestre en lui faisant abandonner ses mauvaises intentions.
Peu convaincu, le malade répond :
- Oui, oui mais, vous devez comprendre qu’avec les difficultés que je rencontre, je n’ai pas la capacité ni le temps de suivre cette orientation. Je veux simplement aller mieux.
- Vos difficultés ne vont pas s’arranger si vous n’effectuez pas un changement radical dans votre vie, vous amenant à oublier un peu la recherche des choses passagères sur terre pour aller vers des choses qui seront pour la vie éternelle. Il est vrai que rares sont ceux qui se rendent disponibles pour ce changement existentiel.
- Donc, il n'y a pas d'autre chemin ?
- Non, je ne pense pas, répond le médium.
Le patient a hoché de la tête et n’est jamais revenu au centre spirite pour aller chercher ailleurs une solution qui ne demanderait aucun effort personnel. Beaucoup voient le centre spirituel comme une simple ressource de guérison pour les maux corporels et spirituels, sans comprendre que la guérison de leurs maux est essentiellement subordonnée à l'effort de leur propre renouveau.

L’Esprit Emmanuel par la plume de Chico écrit dans Rencontre prédestinée :
« Ne fuis pas la responsabilité de penser et de réaliser.
Demande le soutien de l’éternelle sagesse.
Sollicite l’inspiration des messagers de la lumière.
Requiers tel ou tel service d’amis désincarnés.
Demande le secours continu aux forces de la nature.
Le secours du ciel et de la terre ne te manquera pas, mais personne ne parvient à se soustraire à ses propres obligations.
Réfléchis et tu percevras que l’aide et l’effort personnel fonctionnent de pair dans toutes les situations de l’expérience.
Le couturier confectionne des vêtements, mais si tu prétends te vêtir, ce n’est pas lui qui les enfilera.
Le médecin prescrit la médication, mais pour te soigner, ce n’est pas lui qui va la prendre.
Le professeur explique les règles, mais il ne peut pas se substituer à ton cerveau pour ce qui est de l’assimilation des enseignements.
Le photographe fait de toi un portrait expressif, mais s’il cherche à enregistrer ton image, il ne va pas pour autant prendre ta place devant l’objectif.
Pour ce qui est du perfectionnement moral, les lois de l’Univers ne forcent jamais la conscience. Soit, nous travaillons spontanément et nous progressons, en conquérant notre propre élévation, soit nous préférons arrêter et nous sommes au point mort ».

L'étude de la doctrine fait des êtres conscients de la réalité de notre monde. Quiconque approfondit ses connaissances de la vérité, solidifie sa foi. Quiconque cherche le spiritisme uniquement pour obtenir la guérison immédiate de ses maux physiques et spirituels ou pour résoudre des problèmes matériels, peut être déçu, parce que la vérité se trouve dans les lois divines. Et le spiritisme n'a pas pour but principal la réalisation de phénomènes, mais le progrès moral de l'humanité.
Pour pouvoir progresser dans le chemin choisi, il ne faut pas seulement serrer la main de ceux que l’on appelle, il faut avoir foi en eux plus qu’en soi-même, pour que la force qui existe dans ces compagnons désignés pour élever notre chemin vers la lumière, soit à pas sûrs, baignés par la confiance divine. Pour accéder à cette aide, la réforme morale est la porte étroite qui permet à chacun d’accomplir pleinement sa vie terrestre et les frères de notre centre nous le rappellent régulièrement :
« Elle est indispensable à ces ouvriers qui désirent œuvrer dans le champ du Père, comme nous réalisons les efforts nécessaires pour être à l’écoute de son prochain et chanter à chaque fois les louanges, pour permettre l’évolution et la joie au cœur.
L’on ne peut dédaigner aucun des enfants du Père. C’est dans ce courage que l’on se rassemble et que l’on s’unit pour pouvoir travailler et recevoir les effluves célestes.
Cette grâce accordée permettra votre élévation, mais il est toujours demandé de réaliser une multitude de pas dans l’effort et la reconnaissance.
Alors que souffle fort et intensément l’amour qui doit vous habiter pour votre prochain, en vous oubliant un peu. C’est tout ce courage-là qu’il faut pour recevoir le souffle descendant ».

Le spiritisme clarifie les problèmes de la douleur sur notre chemin. Il nous explique les choses et nous enseigne comment nous pouvons nous améliorer nous-mêmes pour générer des effets heureux, comment prévenir et résoudre des problèmes spirituels, à condition que nous employons la volonté et l'effort dans le sens du bien, ou encore, comment surmonter ce qui ne peut être changé, parce que cet état nous sert d'expiation ou d’épreuve.
Et à tous ceux qui souffrent et qui cherchent le chemin, les Esprits guides et médecins du ciel de notre centre leurs disent :
« Les élans du cœur des affligés, des mutilés, doivent s’aviver dans le champ vibratoire que nous créons, afin de permettre à la lumière ici présente d’envelopper, de pénétrer, de gagner les corps physiques qui demandent le soutien spirituel.
Ouvrez votre cœur, apprenez doucement à aimer nos présences invisibles à vos côtés, à doucement vous recueillir et demander : « ô êtres invisibles, la douleur qui m’étreint m’oblige à me pencher vers vous et à demander de l’aide ».
Alors nous serons attentifs à votre demande, à vos suppliques, à vos obligations terrestres ô combien difficiles pour vous, à surmonter dans cette masse fluidique lourde et oppressante, dans ce monde où les valeurs morales se conquièrent à force de travail, d’observation et d’écoute de soi-même.
Gonflez votre cœur dans l’espoir incessant de recevoir cette consolation nécessaire pour consolider vos pas dans cet avenir qui se dessine.
Soufflez l’espoir, pour qu’au milieu de nous vous soyez bénis et reconnus comme enfants de Dieu nécessitant le soutien de bras valeureux.
Gagnez en confiance dans ces rapports que nous établissons, car toute votre vie est éclairée par l’amour terrestre, mais aussi par l’amour céleste.
N’oubliez pas, vous êtes enfants de Dieu et jamais abandonnés.
Nous aidons en faisant comprendre que les liens d’hier affectent les pensées d’aujourd’hui, que la croyance en l’avenir, en l’espoir qui monte, permet le recueillement voulu et de recevoir l’aide que nous pouvons apporter. Il faut apprendre à harmoniser paix céleste et efforts dans cette illumination qui arrive par le chemin de la prière ».

10 prières données par le monde spirituel

Ouvrez votre cœur, apprenez doucement à aimer nos présences invisibles à vos côtés, à doucement vous recueillir et demander : « O êtres invisibles, la douleur qui m’étreint m’oblige à me pencher vers vous et à demander de l’aide. »

La prière est un acte essentiel pour relier Dieu et les hommes, la communauté terrestre et la communauté céleste. En ce sens le travail qu’effectuent les centres spirites est important. Au sein de notre centre des frères spirituels viennent régulièrement nous encourager dans nos actions de prières pour nous inciter à renforcer ces liens et apporter une aide spirituelle à tous ceux qui sont dans la souffrance. Le travail en commun que nous effectuons par l’association de nos deux communautés met en place des forces fluidiques qui amèneront à nos sociétés déprimées le réchauffement des cœurs timides, la bravoure chez les plus timorés et l’espérance chez les désespérés.

Nous recevons régulièrement dans notre centre des prières, que nous vous délivrons dans cet article, et qui nous permettent de mieux orienter nos pensées dans ce travail d’amélioration personnelle et d’élévation, qui devrait être la première des tâches à accomplir lorsque l’on se définit comme spirite.
Le spiritisme ou enseignement des Esprits est une vérité indissociable à tout homme, toute femme qui se déclare spirite. C’est aussi indissociable que la croyance en Dieu, l’amour fraternel, l’espérance infinie, la tolérance et l’acceptation des défauts d’autrui. Nous travaillons pour faire comprendre que la charité est essentielle entre nous, entre nous et les désincarnés et entre tous ceux qui désirent le progrès. Chacun doit comprendre dans cette longue marche de rassemblement qu’il n’est qu’un humble serviteur pour le bien d’autrui. Chaque pas compte, aucune pensée n’est à négliger.
Dans une prière ou dans un groupe de prière, il est primordial de ne pas douter du résultat, chacun est important dans l’œuvre qui se met en place, dans ces pièces qui s’assemblent, et souvent ce qui s’installe sur le plan spirituel va au-delà de notre imagination. C’est un bouclier protecteur qui unit nos deux mondes dans des forces fluidiques qui nous enveloppent. La prière est un pilier pour tout chemin spirituel qui mène vers Dieu et l’une des premières prières qui nous a été donnée nous incite à l’humilité et à la notion de service :
« Vous êtes là pour servir dans cette marche et à chaque pas que vous faites, vous devez répéter :
- Mon Dieu, je te bénis pour les pas que je fais, je te bénis pour cette aide que tu me donnes, cette chance de m’éclairer. Je sais que des bras forts m’entourent, mais je suis là pour servir et de toute mon âme je vais à petits pas pour compléter ce travail à vos côtés.
Servir est le mot qu’il faut graver en vos consciences afin d’aimer à la bonne mesure, tout à la joie modérée et à l’élan du cœur qui font la meilleure composition entre vous et nous.
L’exaltation ni la prudence ne sont de mise. Il faut simplement aimer comme un lever du soleil, comme les fleurs qui s’épanouissent dans un jardin, en rendant grâce afin de recevoir les meilleures bénédictions que nous conduisons pour vous. Alors soyez ces ouvriers et, je vous le redis, soyez bénis et travaillez. »

La prière permet de faire descendre une force, une énergie, un fluide bienfaiteur qui inonde notre corps physique et ravit notre âme. Pour que ces fluides acquièrent plus de force et de densité, il suffit de se poser tranquillement dans le souffle divin, continuellement gagner en espérance et, dans cette lumière douce, grandir sa foi, prier afin de gagner, dans cette ferveur mystique, cette densité fluidique nécessaire à la réparation des corps physiques, en quelque sorte faire vivre sa croyance à la chaleur, à la lumière des contacts des guides spirituels.
C’est comme une révélation qui doit se pratiquer au fond de soi, comme une partie de son être qui s’échappe et qui crie : « Je crois en vous, je crois en la force des fluides que vous descendez et je porte toutes mes convictions au-delà de mon monde terrestre pour supplier, aimer, me renouveler. »
Cette exaltation amène une vibration tout à fait particulière dans les fluides de l’aide spirituelle qui descendent. C’est la grandeur de l’âme qui travaille, qui se propulse dans l’au-delà pour recevoir. Habitée de ses convictions, et en harmonie dans le souffle, elle se réfugie dans l’espérance de ces forces qui descendent. L’âme se pare de ses meilleures couleurs dans ce travail de recueillement, d’abnégation et de libération de la matière pour se tourner vers le monde spirituel.
Ces moments de communion sont bénéfiques pour tous ceux qui veillent à cet apprentissage continuel, pour répondre à l’appel de la bienveillance pour son prochain, de l’écoute du monde spirituel qui se penche avec abnégation sur les difficultés terrestres. L’espoir d’une reconstruction meilleure souffle alors pour fortifier les âmes en recherche. Par l’application de la prière simple, mais fructueuse, l’âme qui veut, peut se libérer des contraintes d’un monde trop matériel.
L’âme qui aspire tranquillement à ces travaux de renouvellement est guidée par des mains pleines d’amour, continuellement à son écoute. Elle se libère des dernières chaînes de l’attachement corporel pour comprendre que dans ce flux continuel d’appel, d’amour et de recueillement, se fortifient les meilleurs élans.
Chaque jour, la place pour ce travail s’installe, structure chacun dans un étroit travail de collaboration, en le régénère. Et pour faire descendre continuellement les masses fluidiques nécessaires, il faut continuellement être attentif à la bienveillance de tous ces compagnons qui nous épaulent, afin de bénir ce travail qui structure nos consciences, qui étoffe nos valeurs, garantissant le succès à travers les valeurs spirituelles qui nous sont transmises : amour du prochain, pitié pour les plus faibles, les plus ignorants, connaissance pour ceux qui cherchent à se grandir dans la vérité. C’est ainsi que pas à pas la lumière va éclairer chacun dans sa prière.
Et pour avancer plus avant dans la lumière, il suffit d’imprimer par la volonté dans sa conscience ces simples mots à son guide :
« Mon Guide, je te cherche des yeux, du regard. Je ne te vois point, mais par amour je mets ma main dans ta main, je marche à tes côtés, je t’aime puissamment. Je sais que tu me conduis avec envie et sérénité. J’ai confiance dans ce chemin où je pose ma main dans la tienne et je vais là où tu me diriges, dans la lumière puissante, où tous mes autres Frères m’attendent pour ce travail que je complète par la force de ma volonté. Je dirige mes pas vers toi car je sais que tu m’aimes et qu’ensemble nous ferons ce parcours. »
C’est l’amour qui doit nous guider pour nous grandir afin que la lumière brille et illumine nos pas dans un même projet commun : aimer son prochain comme soi-même, conduire son âme vers la félicité et régénérer chacun à l’aune de cette vérité spirite décrite et expliquée tant de fois.
Il y a une force une énergie particulière qui descend sur notre monde et que les Esprits appellent le souffle. Il est pour tous et il s’anime là où les incarnés désirent et formulent des vœux de paix, de progrès et de fraternité. Le souffle se propage par la médiumnité que chacun possède, les pensées émises et la condition de chacun envers la charité, l’amour du prochain. Ce souffle est appelé souffle divin parce que cette fraternité naissante est une aspiration vers le Divin, car c’est aussi ainsi que les différents plans reçoivent l’aide.
Dans les prières sans cesse renouvelées et dans ces moments de partage avec le monde céleste s’installe progressivement le souffle. Il est disponible pour tous, il est l’étroite relation entre notre monde terrestre et les communautés célestes, il provient de la Source de toutes choses et descend des plans les plus élevés jusqu’à notre monde.
Ce souffle nous guide dans une communion de pensées, dans laquelle nous fraternisons entre nous et dans laquelle nous fraternisons avec les plans supérieurs. Par la prière, plus aucune question ne vient troubler ce moment où descend tranquillement ce manteau de fluides dans lequel l’ouvrier est au travail. Il réchauffe les corps physiques et le sentiment de gravité grandit, gravité du travail qui s’accomplit, importance de cette relation qui s’établit, de cette lumière gagnée par ce lent travail en harmonie, et l’ouvrier appliqué associe la ferveur de tout son être pour lancer son appel :
« O souffle divin, accompagne-moi dans ces pas que je désire réaliser dans la compagnie de mon Guide et de tous mes Frères et mes Sœurs au travail, afin que pour cette vie je puisse enfin accomplir mon travail dans la plénitude et l’acceptation de cette tâche heureuse, pour m’identifier comme enfant de Dieu et m’associer pour un temps terrestre à cette œuvre coopérative, à cette vérité qui me tient à cœur.
Que la flamme qui vit en moi demeure, s’élève jusqu’à vous, afin d’affermir mes convictions et m’envelopper dans cet amour que vous dirigez dans mes pas, que je puisse enfin me sublimer avec vous en ce souffle que vous descendez. »
La prière nous ramène à l’essentiel : conjuguer notre âme avec les communautés supérieures, respecter les promesses faites, se grandir dans la lumière céleste et s’élever dans les efforts personnels à réaliser. Elle nous permet de garder le cap d’un chemin spirituel indispensable dans nos vies afin de suivre les pas des êtres de lumière qui nous accompagnent :
« Je marche dans les pas qui me conduisent dans la lumière dont je suis accompagné ; je marche dans les pas vers les médecins du Ciel, l’amour du prochain ; je continue ma tâche quotidienne, mais j’ouvre mon cœur à ces élans célestes qui m’accompagnent chaque jour pour mieux me grandir ; j’ouvre mon cœur car je sais que des êtres supérieurs m’environnent, m’accompagnent et me grandissent dans l’amour et le respect des lois divines, comme un chant céleste, comme une voix glorieuse. »

Les Esprits guides de notre centre nous encouragent régulièrement à accentuer ces rencontres par la prière : « Il n’y a rien de plus simple, rien de plus prometteur que d’accepter simplement ces moments de rencontres comme une bénédiction, ces instants d’embrassades dans lesquels vous ne nous voyez pas, mais dont vous ne cessez de répéter au fond de votre cœur » :
« Ô Frère bienaimé, je sais que tu es près de moi, dans mes bras, et c’est une joie infinie que de recevoir ces moments où il me semble que je n’ai rien fait pour cela, juste répéter sans arrêt ces mots d’espoir où je désire infiniment vous rejoindre dans cette fraternité».
Soyez simplement un enfant, un enfant qui demande chaque jour, à chaque instant :
« Mon Dieu, aidez-moi pour que s’accomplisse la lumière qui remplit votre cœur ».
Alors continuez d’appeler et de demander à vos Guides, à notre Père tout puissant :
« O que la lumière puisse descendre en moi et qu’à ce contact je puisse me fortifier, que la flamme qui vibre en moi d’espérance, d’effort, se grandisse !
Je crois en toi, en cet espoir infini, et je me rénove à chaque fois quand les bras puissants de ces Frères qui sont autour de moi, invisibles et qui m’aiment, me transportent de joie.
Oui, je me rénove à chaque fois et je sais que je me grandis, car au cœur de cet espoir, je sais que l’amour du Père veille infiniment sur moi et sur tous mes Frères en compagnie ».
Les réponses que nous recevons des guides spirituels de notre centre nous transportent de joie :
« La compagnie de mes Frères est heureuse de vous accueillir parmi nous et de recueillir au fond de nos cœurs les souhaits dont vous nous comblez.
Vos pensées montent, pleines d’espoir, rassemblant les cœurs heureux voulant fraterniser dans la paix et le recueillement.
Dans cette immense chaîne de solidarité que nous construisons ensemble, les efforts réalisés, les espoirs émis, les projets établis et tous les desseins divins qui à ce jour ne pourront tous être révélés, comblent amplement les espoirs pour améliorer et se grandir.
Dans cette marche évolutive, chacun peut apprendre, comprendre, recevoir.
De mes bras chaleureux je vous entoure et vous emmène, à la fois dans ces forces et ce souffle qui descend, grandissant à chaque fois un peu plus votre âme dans l’espace céleste que nous avons réservé pour ce travail commun, dans l’humilité, l’amour et le respect de chacun.
Il ne reste plus à présent qu’à glorifier Dieu pour recevoir en votre sein, non simplement le souffle qui descend, mais ces masses nécessaires à la reconstruction des organismes que vous appelez fluides de l’aide spirituelle.
Alors que grandissent dans vos cœurs l’espoir, l’amour et cette magnifique étincelle que vous cherchez à faire jaillir au fond de vous, pour faire grandir cet espoir, pour faire resplendir vos idées de demain.
O que de joie, que d’échanges dans ce cercle de protection que nous consolidons à chaque fois, pour permettre à la qualité de ces fluides de descendre et d’être à l’écoute de vos consciences !
Ne cessez de bénir ces moments dans lesquels vous n’êtes qu’un ouvrier.
Recevez, recevez, dans le souffle qui descend recevez et magnifiez ces puissances divines, le travail de mes compagnons, de notre communauté et de tout ce que nous mettons pour accentuer le bien-être et les relations célestes.
Aimez sans retenue, grandissez-vous. Nous ne pouvons que saluer votre courage et votre abnégation, pour consacrer du temps à notre écoute et aux forces d’en-haut qui descendent ».
L’espoir grandit à chaque pas que nous accomplissons.
« Dans ces chemins de rencontres et de bénédictions à la fois renouvelées, espérez et gardez cette foi que vous avez travaillée au fil de vos existences, découverte sur les chemins épineux et les souffrances renouvelées.
Espérez, soufflez sur les braises de cette foi naissante pour l’activer de par vos lectures et concertations communes.
Grandissez-vous dans cette âme à laquelle vous avez promis et dédié les meilleurs moments à écouter et à aimer.
Que souffle en vous le progrès, que vous soyez soulevés dans ces efforts que vous accomplissez.
Gardez au fond de vous et remplissez à chaque fois de mots doux votre croyance pour vous unifier dans notre concert d’appels.
La grande chaîne de solidarité universelle unit les cœurs qui désirent le progrès. Souffle en vos âmes ce continuel appel à vous régénérer, à vous modifier, à vous grandir et à espérer toujours et encore.
Rien ne se fait sans raison, tout se continue et s’améliore.
L’espoir naît à chaque pas, dans ce flux incessant de nos prières pour vous, pour tous ceux qui désirent se grandir.
Alors continuez d’appeler et de demander à vos Guides, à notre Père tout puissant :
« O que la lumière puisse descendre en moi et qu’à ce contact je puisse me fortifier, que la flamme qui vibre en moi d’espérance, d’effort, se grandisse !
Je crois en toi, en cet espoir infini, et je me rénove à chaque fois quand les bras puissants de ces Frères qui sont autour de moi, invisibles et qui m’aiment, me transportent de joie.
Oui, je me rénove à chaque fois et je sais que je me grandis, car au cœur de cet espoir, je sais que l’amour du Père veille infiniment sur moi et tous mes Frères en compagnie ».

A ce carrefour, où l’espérance est animée par les choix que nous faisons et à la docilité que nous mettons pour accomplir les desseins divins, notre foi vibre dans tout ce qui se présente, dans le recueillement, dans les mots donnés, dans ce souffle qui descend, pour aller jusqu’à Dieu, pour confier notre âme dans ce souffle qui nous emmène, pour recueillir dans ces échanges la délicatesse des envois célestes.
Appuyés par notre volonté et la main qui nous est tendue, nos cœurs s’ouvrent à tous les signes qui nous sont envoyés et c’est dans l’abandon de nos prières que brille le souffle qui se renouvelle.
A la croisée des chemins, l’espérance à l’infini conduit l’âme doucement à se grandir dans la prière : « Mon Dieu, là où je conduis tous mes pas, secondez-moi pour animer la douceur du foyer, afin que brille l’espoir et que ma pensée puisse éveiller l’amour infini que je porte en Votre sagesse. »

 

La grande transition du 21ème siècle

Voici un texte tiré de l’ouvrage Vers le Monde de la Régénération, psychographié par Divaldo Franco en décembre 2020 où un Esprit, Ismaël, nous parle de cette grande transition qui est en route depuis les années 1870 et cela jusqu’en 2050.
Cette période est principalement marquée par la défection de l’Eglise avec la déclaration de l’infaillibité papale en 1870, puis de la première guerre mondiale, de la seconde guerre et maintenant de toute une série de catastrophes avant d’arriver au monde de régénération.
Au cours des trente prochaines années, les Esprits guides de la planète offrent une chance de réincarnation à des milliers d’Esprits pour qu’ils se régénèrent, c’est une opportunité pour aller vers l’amélioration. Ils continuent à nettoyer l’atmosphère spirituelle en retirant de la terre les Esprits rebelles, tout en recevant des milliers d’Esprits venus d’autres mondes supérieurs comme l’a évoqué Allan Kardec dans le livre des Esprits :
Question 1019. Le règne du bien pourra-t-il jamais avoir lieu sur la terre ?
« Le bien régnera sur la terre quand, parmi les Esprits qui viennent l'habiter, les bons l'emporteront sur les mauvais ; alors, ils y feront régner l'amour et la justice qui sont la source du bien et du bonheur. C'est par le progrès moral et par la pratique des lois de Dieu que l'homme attirera sur la terre les bons Esprits, et qu'il en éloignera les mauvais ; mais les mauvais ne la quitteront que lorsqu'il en aura banni l'orgueil et l'égoïsme.
La transformation de l'humanité a été prédite, et vous touchez à ce moment que hâtent tous les hommes qui aident au progrès ; elle s'accomplira par l'incarnation des Esprits meilleurs qui constitueront sur la terre une nouvelle génération. Alors, les Esprits des méchants que la mort moissonne chaque jour, et tous ceux qui tentent d'arrêter la marche des choses en seront exclus, car ils seraient déplacés parmi les hommes de bien dont ils troubleraient la félicité. Ils iront dans des mondes nouveaux, moins avancés, remplir des missions pénibles où ils pourront travailler à leur propre avancement, en même temps qu'ils travailleront à l'avancement de leurs frères encore plus arriérés. Ne voyez-vous pas dans cette exclusion de la terre transformée la sublime figure du Paradis perdu, et dans l'homme venu sur la terre dans de semblables conditions, et portant en soi le germe de ses passions et les traces de son infériorité primitive, la figure non moins sublime du péché originel ? Le péché originel, considéré sous ce point de vue, tient à la nature encore imparfaite de l'homme qui n'est ainsi responsable que de lui-même et de ses propres fautes, et non de celles de ses pères.
Vous tous, hommes de foi et de bonne volonté, travaillez donc avec zèle et courage au grand œuvre de la régénération, car vous recueillerez au centuple le grain que vous aurez semé. Malheur à ceux qui ferment les yeux à la lumière, car ils se préparent de longs siècles de ténèbres et de déceptions ; malheur à ceux qui mettent toutes leurs joies dans les biens de ce monde, car ils endureront plus de privations qu'ils n'auront eu de jouissances ; malheur surtout aux égoïstes, car ils ne trouveront personne pour les aider à porter le fardeau de leurs misères. »

Le message de l’Esprit Ismaël
« Filles et fils de la Terre !
Que la paix du Seigneur soit dans vos cœurs !
Vous connaissez l’histoire de la nébuleuse de gaz incandescent d’où a surgi notre système solaire. Nous savons de quelle manière la divine providence a manipulé ces forces gazeuses et construit notre planète bien-aimée, après avoir apaisé les convulsions incessantes de sa masse en ébullition, en parant sa surface d’une beauté majestueuse et incomparable.
Nous savons aussi comment elle a calmé ses océans, ses mers et toutes les eaux, afin que la vie puisse triompher d’un environnement hostile et complexe. Les astres sont apparus pour éclairer les ténèbres et le ciel d’azur transparent s’est constitué à la faveur des soixante kilomètres d’épaisseur de son oxygène qui enveloppe la croute terrestre, isolant la matière en fusion en son centre. Peu à peu sont apparues les premiers signes de vie jusqu’au moment où l’être humain vint la peupler, moment culminant de l’œuvre d’amour qui lui donnait la possibilité de grandir vers Dieu. Étape par étape, la loi de progrès a établi les paradigmes de comportement pour la grandeur de la création et, par le biais des messagers célestes, elle s’est efforcée de maintenir l’équilibre et la quête de l’illumination intérieure, pour atteindre l’onde initiale engendrée par le père. Enfin vint Jésus, véritable constructeur de la planète et Guide de l’humanité, selon Son modèle d’amour.
Cependant, les passions primitives l’ont freiné sous l’emprise des sensations grossières, tandis que la planète hoquetait dans le flot des laves volcaniques ou les frictions de ses plaques tectoniques, pour se structurer en son sein et évacuer son trop plein d’énergie afin de maintenir l’équilibre majestueux de son axe. Au même moment, les pensées et les actes des êtres humains ont attiré de nombreuses forces inhérentes à son processus qui ont engendré des calamités indescriptibles. Grâce à cette loi incontournable à laquelle on ne peut déroger, Gaïa, comme l’appelaient les Grecs anciens, a progressé pour culminer à son niveau d’évolution le plus élevé, effaçant de son parcours les amples tragédies et les lourdes afflictions qui font encore partie des mécanismes d’expiation morale.
Un monde régénéré où il sera possible de goûter au bonheur est offert par le Père à Ses enfants de la Terre. Car le Seigneur ne veut pas la disparition de l’erreur, mais plutôt l’éradication du crime et, par miséricorde, il diminuera la durée de l’épreuve purificatrice. Ce sont donc des temps de purification intérieure et, par leur injustice, de leur promiscuité et de leur vilenie morale, la plupart des humains sur Terre ont provoqué les tourments qui affligent et épouvantent les foules perturbées. Nombreux sont ceux qui dans leur suprême ignorance, avides de plaisirs outrageants, ne se rendent pas compte de cette terrible hécatombe.
Des horreurs et des hallucinations dévastatrices étaient prévues au travers de guerres impitoyables, en commençant par les familles déséquilibrées, puis les communautés et les pays qui devaient être anéantis…
Quand tout a changé…
Cette période est beaucoup plus grave que nos pensée ou nos efforts pour y mettre fin rapidement nous le laisse supposer.
Les solutions immédiates tant attendues apportées par des vaccins providentiels préventifs et thérapeutiques atténueront, mais ne supprimeront pas les souffrances programmées pour la société actuelle.
Ce qui a été établi sera accompli et ceux qui préfèrent le chaos seront exilés vers des mondes similaires, mais inférieurs, où ils endureront le déchirement moral du regret de leur Terre bien-aimée et de toutes leurs attaches qu’ils ont foulés au pied.
Ils verront de loin leur généreuse Mère flottant dans l’espace lumineux, et pour l’avoir désertée ils verseront des larmes amères dans les territoires primitifs où ils auront mérité de vivre.
La pandémie dévastatrice dûe à la Covid-19 s’accompagne d’un autre fléau plus cruel : les crimes perpétrés par les autorités cyniques qui en profitent pour accroître leur pouvoir fallacieux et leur fortune bâties sur le malheur des milliers de victimes des circonstances infâmes qu’ils ont créées et qu’ils entretiennent.
Pour ces criminels conscients du mal qu’ils font, la divine providence réserve des leçons de réhabilitation très douloureuses, en raison de leur cynisme et de leur cruauté envers des foules ulcérées par la souffrance et l’abandon où elles ont été relayées.
Ces accapareurs des biens publics et privés ne pourront pas échapper à eux-mêmes et ne trouveront pas davantage réconfort à l’heure de leur rachat, contrairement à ceux qu’ils exploitent et abandonnent lâchement.
À cause de ces criminels, acclamés par les uns et haïs par les autres, les maladies perdureront sous une forme endémique, en fonction du poids de leur abjection, et les aberrations morales, portant atteinte aux lois de l’ordre et de l’éthique, qui prétendent transformer les personnes en des spectres dévorés par la sensualité et déviances sexuelles, manipulées par les Esprits de même niveau, les feront tomber dans des marécages sordides où ils vivent déjà à leur insu.
Les communautés vengeresses sur la Terre et dans les sphères spirituelles sont en train d’être dissoutes et leurs membres vont avoir une dernière occasion de se réincarner pour pouvoir se choisir un meilleur futur.
Nous savons que tous ceux qui sont ici offrent la même affection et le même amour que Jésus-Christ à Son époque, face aux injonctions quelque peu semblables de nos jours.
Nous sommes conviés à interférer de toutes les manières possibles dans les rêves belliqueux et dans les pensées nocives, dans les décisions criminelles et dans les sursauts insurrectionnels des peuples, en inspirant les créatures, en les secourant avec les possibilités à notre portée et en détournant les pensées malsaines qui attirent le mal.
Il faudra des efforts incessants de notre part, parce que nous serons aussi vigilants et actifs auprès des foules de désincarnés dans la psychosphère ténébreuse des lieux morbides, en soulageant le désespoir et en orientant vers le travail et le devoir de solidarité tous ceux qui souffrent d’injustice, dans l’ignorance de ce qui les a menés à ces circonstances néfastes, le cas échéant.
Nous avons tous des trésors incalculables d’amour et de charité à dispenser en tous lieux, en ravivant la flamme des veilleuses pour que la clarté règne. Au siècle dernier, il y eut un moment où Jésus en personne visita une nouvelle fois la Terre, afin d’éviter la guerre qui était sur le point d’éclater, à cause du désir de puissance de quelques nations orgueilleuses et matérialistes, qui guettent toujours le moment d’imposer leur suprématie.
Son incomparable amour a vaincu les ambitions illégitimes de leurs leaders hallucinés, et la raison pour laquelle, aujourd’hui, l’épreuve purificatrice que traverse l’humanité est plus difficile à surmonter, c’est qu’aucun arsenal militaire aussi terrifiant soit-il, n’est en mesure de la faire disparaitre.
Seul l’amour aura le pouvoir de gagner les batailles de la folie qui s’est installée sur la Terre, jusqu’à la dernière, qui sera la victoire de l’Évangile du Christ, même si elle se présente sous d’autres noms. Là où régneront l’amour, la charité et la compassion, le Père céleste sera présent et montrera la voie de la gloire et de la paix pour tous. Exultons et chantons les gloires du Seigneur et de Ses Messagers affables et sages. »

Le courrier des lecteurs

Dans le cadre des échanges avec les internautes, nous avons souvent des questions qui reviennent comme celles qui portent sur la médiumnité. Est-ce que je suis médium ? Quel type de médiumnité je possède et quel niveau j’ai ?
Il est naturel que nous puissions communiquer avec les Esprits désincarnés et eux avec nous car, bien qu’étant incarnés, nous sommes aussi des Esprits. Grâce à nos cinq sens et à nos organes moteurs, nous sommes en contact avec le monde corporel, nous agissons sur lui. Grâce à nos facultés et à nos organes spirituels, nous sommes en contact avec le monde spirituel, sur lequel nous agissons également. Toutes les personnes reçoivent l'influence des Esprits. Ainsi, on peut dire que nous sommes tous médiums.
Cependant, la grande majorité d’entre-nous ne perçoit pas dans son être intime cette influence occulte. Cet échange se manifeste sous forme de pensées, de différents états de l’âme, d’impulsions, de pressentiments, etc.
Il y a des personnes pour lesquelles cet échange se déroule de façon ostensible. Chez elles, les phénomènes sont fréquents, marquants, intenses et bien caractérisés, révélant l’action évidente d’une autre individualité, celle d’un Esprit qui désire communiquer. Ces personnes sont médiums et elles ont besoin d’un cadre et d’explications pour vivre avec bonheur cette médiumnité.
Médium est un mot d'origine latine, neutre, qui veut dire être au milieu. En fait, le médium sert d’intermédiaire entre le monde physique et le monde spirituel. Etant une faculté, la médiumnité peut ou ne peut pas être utilisée. Lorsqu’elle est naturelle, elle se manifeste spontanément, mais elle peut être aussi travaillée et développée.
Cette éclosion de la médiumnité, comme faculté naturelle, ne dépend pas de l'endroit, de l’âge, du sexe, de la condition sociale, morale ou de la filiation religieuse. On ne doit pas forcer l'éclosion de la médiumnité, mais nous devons offrir des conditions appropriées, notamment dans les centres spirites, pour qu’elles sachent comment l'utiliser. Pour un bon développement de la médiumnité, il faut avoir une bonne santé, un bon équilibre social et un enseignement spirite.
Quand la médiumnité se développe sans une préparation intérieure du médium, les phénomènes se mettent en place sans discipline, ni objectif. On ne doit pas mettre au travail médiumnique des personnes qui présentent des perturbations psychologiques.

Les signes

Les signes qui peuvent nous indiquer qu’une médiumnité est présente, sont divers et variés. En général, on parle de médiumnité quand il y a de la clairvoyance (faculté de voir les Esprits, les yeux ouverts ou fermés) de l’audition et de l’écriture spontanée. On parle aussi de médiumnité lorsqu’il y a une capacité à réaliser une transe ou une production d'effets physiques comme les phénomènes sonores, lumineux ou de mouvements d'objets où se trouve une personne. Il n'est pas toujours facile de distinguer les manifestations médiumniques, à son début, avec les perturbations d’ordre organique.
Cependant, quelques signes existent et ils peuvent nous indiquer si la personne a des facilités : la perception de fluides, la capacité de dédoublement, la sensation des présences invisibles, un sommeil trop profond avec des évanouissements et des syncopes inexpliqués. Il y a aussi les sensations ou les idées étranges, les changements rapides d'humeur, puis la sensation de gonflement ou de dilatation dans les mains, les pieds et dans tout le corps causé par le dédoublement spirituel. La sensation d’endormissement ou de fourmillement dans les bras et les jambes entre aussi dans ces signes ainsi que les frissons, les tremblements, les palpitations ou la chaleur excessive.

Le développement de la médiumnité

Suivant les signes qu’il a, le médium pourra s’orienter vers la psyphophonie ou la psychographie c’est-à-dire transmettre les pensées de l’Esprit de façon orale ou de façon écrite.
Ensuite, du point de vue spirite, développer la médiumnité n'est pas seulement s'asseoir à la table médiumnique et donner des communications. C'est affiner et discipliner sa sensibilité spirituelle pour avoir les meilleures conditions possibles pour permettre cette communication.
Sans cette éducation, cette préparation pour l'exercice correcte, le médium pourra faire une mauvaise utilisation de sa faculté et provoquer des situations difficiles et désagréables, pour lui-même et pour ceux qui l’entourent.
Quand on débute la pratique médiumnique, il peut arriver que les phénomènes s'intensifient et augmentent, il ne faut pas penser que l’état du médium empire. Ce sont les Esprits qui agissent sur les centres de sa sensibilité et préparent le champ pour les activités médiumniques. Il faut persévérer en gardant le moral et peu à peu, avec l'éducation de la faculté, les sensations se canalisent sans causer plus de perturbations.

La qualité de la médiumnité

Il suffit d’avoir un équilibre psychique et de vouloir suivre la bonne procédure, alliée à une certaine compréhension de la doctrine spirite dans un centre spirite qui est un lieu propice et sûr.
Mais il est indispensable d’effectuer un effort pour une réforme intime afin de se libérer des Esprits perturbateurs et d’acquérir une syntonie avec les bons Esprits en donnant une orientation supérieure à ce travail.
L'orientation chrétienne, à la lumière du spiritisme, nous emmène à la vigilance, à la prière, à la bonne conduite et à la charité envers notre prochain, ce qui va attirer à nous l'assistance spirituelle supérieure. Cette assistance ne manquera pas à ceux qui, avec bonne volonté et discernement, cherchent à se préparer à un bon usage de la médiumnité et se dévouent dans le désir de servir au bien. La bonne morale donne au médium l'assurance d’un bon travail médiumnique.
Léon Denis, dans son ouvrage Dans l’invisible, nous parle de ce lent travail d’élaboration du médium vers ce perfectionnement : « L’étude constante et approfondie du monde invisible, qui est aussi le monde des causes, sera la grande ressource et le réservoir inépuisable où devront s’alimenter la pensée et la vie. La médiumnité en est la clef. Par cette étude, l’homme arrivera à la vraie science et à la vraie croyance, celles qui ne s’excluent pas l’une l’autre, mais s’unissent pour se féconder ; par là aussi une communion plus intime s’établira entre les vivants et les morts, et des secours plus abondants découleront des espaces vers nous. L’homme de demain saura comprendre et bénir la vie ; il ne craindra plus la mort. Il réalisera par ses efforts le règne de Dieu, c’est-à-dire de la paix et de la justice sur la terre, et, parvenu au terme de l’étape, son dernier soir sera lumineux et calme comme le coucher des constellations à l’heure où l’aube matinale commence à poindre à l’horizon. »